La taille de la pierre et du bois

1 vote

Comme d’autres métiers populaires, la taille artistique de la pierre et du bois a des racines profondes inscrites dans l’histoire.

La sculpture en bois

La sculpture en bois et en pierre est un élément irremplaçable dans le décor architectural et dans la conception artistique des objets ménagers. Un grand nombre de créations en ce domaine sont liées à l’art chrétien orthodoxe. Le relief, par exemple, ornait différents objets en bois : tables, candélabres, trônes, iconostases, ces derniers étant souvent de véritables œuvres d’art monumental.

La sculpture ornemental, une tradition vivace

La zone de diffusion et de développement de la taille du bois (avec des vestiges datant du XIVe siècle) démontrent un haut niveau artistique dès le Moyen Age. Les formes de sculpture ornementales en bois sont les plus traditionnelles à l’époque médiévale. Le répertoire de cette sculpture est constitué d’éléments géométriques : cercles ; losanges ; rosettes ; vigne, fleurs, pousses végétales stylisées. Les trônes des voïvodes des monastères de Voronet, Humor et Moldovita (XVIe siècle), la porte royale du monastère Dragomirna (XVIIe siècle) et l’iconostase de l’église Saint-Nicolas de Balti (XVIIIe siècle) nous offrent d’excellents exemples de sculpture ornementale

La taille de la pierre

L’existence d’une vieille tradition de la taille de la pierre en Moldavie est confirmée par les stèles anthropomorphes (à forme humaine) des villages de Baltata et de Cioburi, le relief aux proximités du village de Busa, ainsi que les nombreux monuments des XVe-XVIe siècles, dont les diverses plaques commémoratives et les inscriptions tombales.

Avec le temps, les procédés techniques et le répertoire ornemental furent empruntés par les sculpteurs populaires qui les utilisèrent pour décorer l’extérieur et l’intérieur des demeures paysannes. Dans certaines localités d’aujourd’hui, on retrouve des exemples d’architecture rurale du XIXe siècle semblables aux constructions antérieures qui offrent la possibilité de reconstituer partiellement les images des époques précédentes.

L’architecture populaire rurale

La cour paysanne peut être considérée comme un exemple intégral d’architecture populaire. Avant même d’y entrer, on remarque les signes du travail de l’artisan. La porte cochère en bois, formée de deux panneaux fixés entre deux colonnes, à côté desquelles s’ouvre un portillon, est couverte d’ornements géométriques incisés ou ajourés. Au-dessus des piliers se dresse un toit étroit, sculpté, qui protège les portes. Le symbole du soleil, l’arbre de la vie, le losange ou d’autres éléments géométriques (qu’on retrouve aussi dans la broderie ou dans le tapis) sont caractéristiques pour la décoration de la porte d’entrée dans la cour du paysan.

La maison est placée au fond de la cour et elle est traditionnellement formée de trois pièces - l’entrée, le dortoir et la grande pièce. L’intérieur est décoré de tapis et de meubles fabriqués par les artisans.

La galerie est l’un des éléments les plus importants éléments de la façade, constituée d’un socle peu élévé, avançant vers l’extérieur, servant de support à quatre ou six colonnes qui soutenaient le toit. Ces colonnes étaient richement ornées. Les deux autres éléments du décor extérieur de la maison paysanne étaient les frontons latéraux (des maisons à toitures à deux pentes) et le faîtage.

La sculpture, du bois à la pierre

A partir du XIXe siècle, la sculpture en bois est de plus en plus remplacée par la sculpture en pierre, car la pierre commence à être extraite dans les carrières du nord et du centre de la Moldavie. Les plus originaux ateliers de sculpture en pierre se trouvent à Butuceni, Jeloboc, Furceni, Branesti, Trebujeni, Cosauti.

La sculpture en pierre a emprunté plusieurs procédés de taille et certaines formes ornementales au façonnage artistique du bois, cependant, les deux métiers diffèrent considerablement. La sculpture populaire en pierre constitue un phénomène spécifiquement autochtone qui ne connaît pas d’autres exemples dans l’art des peuples voisins. Les éléments les plus originaux du décor en pierre sont les colonnes et les galeries. Un autre domaine de la taille artistique du bois et de la pierre sont les crucifix (calvaires, trinités) placés aux croisements des chemins, auprès des puits et des sources d’eau pour rappeler continuellement les souffrances du Christ, étant censés mettre le chemin, le carrefour, le puits et le passant sous la protection divine.