La broderie, passion d’antan des femmes moldaves

0 vote

La broderie est une des occupations d’antan des Moldaves. Dans les écrits de l’écrivain grec Hérodote déjà, il y avait des mentions confirmant que les Thraces (nos ancêtres) ornaient leurs habits de broderies.

Un art populaire

La broderie commença à se développer comme un art populaire dans nos parages à l’époque médiévale, lorsqu’on brodait surtout des pièces de vêtements, faites en tissus fins en lin ou coton. Au fur et à mesure que les techniques de la broderie évoluaient, de multiples ornements étaient utilisés pour décorer les vêtements.

D’ailleurs, la broderie est le facteur essentiel dans la décoration du costume populaire moldave dont la chemise en lin ou chanvre abonde en dessins brodés. Ce dessin est d’habitude effectué en fils de coton, parfois en fils métalliques argentés ou dorés, et il souligne les lignes de la façon, tout comme celles du corps humain. Les ornements brodés du costume populaire sont disposés sur les parties autour du cou, sur les épaules et la poitrine, ainsi qu’aux bords. La broderie utilise généralement une gamme chromatique sobre, si des couleurs vives sont appliquées, le contraste est alors équilibré et discret.
Le rouge, le noir et le bleu sont les plus utilisés, moins souvent on recourt aux jaune, vert, brun.

Les objets d’ornement d’intérieur

Au XIXe siècle, la broderie s’est élargie vers les objets d’ornement de l’intérieur - serviettes décoratives, nappes, taies, divers types de tissus rituels. Leurs dessins constitués de motifs géométriques ou géométrisés étaient très riches, évoquant d’habitude les visions esthétiques populaires.

Etant une occupation traditionnelle des femmes moldaves, pratiquée surtout en hiver quand elles n’étaient pas trop impliquées dans les travaux agricoles, la broderie était aussi une des occupations préférées des jeunes filles pendant les assises (şezătoarea) où elles ornaient minutieusement leurs costumes de fête.

Peu nombreuses sont les brodeuses de nos jours, car l’industrie textile a fait reculer cette occupation artisanale traditionnelle.

Toutefois, la broderie ne cesse pas de se développer, donnant naissance à de véritables œuvres d’art.