La décoration des œufs

1 vote

L’œuf rouge est un des symboles principaux de la fête de Pâques. Les œufs sont peints le Jeudi Saint, soit trois jours avant Pâques. On peint généralement les œufs en rouge, mais on peut aussi les peindre en jaune, vert ou bleu.

L’œuf de Pâques et ses origines

Selon la tradition chrétienne, l’œuf rouge est le symbole des souffrances du Christ et de la vie. Il représente la régénération, la purification, l’éternité.

La décoration des œufs est devenue un véritable art de nos jours - à l’aide des couleurs, on transforme un œuf ordinaire en une véritable œuvre d’art.

Or, il n’est pas du tout facile de peindre sur une surface courbée, d’y tracer des lignes et de créer divers modèles, très complexes du point de vue de leur structure.

On peint surtout des œufs de cane ou d’oie, car ils ont la coque dure. On commence par enlever les jaunes, puis on lave les coques et on les fait sécher. Ensuite, on enduit les œufs de cire. Les artisans se servent d’un bâtonnet dont la pointe métallique est munie d’un poil de cochon.

Les modèles varient d’une région à l’autre, et même d’un village à l’autre. On peint des dessins figurant des feuilles (de chêne, de hêtre, de persil, par exemple) ou des fleurs, des outils. Les motifs animaliers ne manquent pas.

Le travail de décoration

Après avoir choisi la figure ou le modèle à dessiner, on commence le travail de décoration proprement dite. Evidemment, les couleurs ont un rôle important à jouer dans l’œuvre à créer : autant de couleurs, autant d’étapes de travail.


On commence par la couleur la plus claire. Par exemple, la portion qui doit finalement être jaune est d’abord recouverte d’une couche de cire, puis l’œuf est plongé dans le jaune pour une quarantaine de minutes. Cette même technique sera répétée pour obtenir l’orange, le rouge et ainsi de suite jusqu’au noir.

Ensuite, on met les œufs au chaud. La cire fondra et sera enlevée à l’aide d’un torchon tiède de sorte qu’il n’en reste plus que le dessin coloré. Puis, la coque de l’œuf est enduite d’huile alimentaire et ensuite vernie.

Pour faire des modèle de feuilles, on prend les feuilles telles quelles, on les applique sur la coque à l’aide d’un filet, après quoi on trempe l’œuf dans le liquide coloré. Autrefois, on n’utilisait que des colorants naturels préparés de racines et de feuilles d’arbres qu’on faisait sécher et bouillir, aussi que de décoctions d’écale de noix ou de grains, de tisanes comme le tilleul ou l’origan.

Les nuances de jaune, par exemple, se préparaient à base de décoction de pelure d’oignon ou de pomme, le noir - d’une décoction d’écorce d’aulne. L’alun ou le cuivre sulfaté servaient à fixer les couleurs sur la coque.

Le 18 avril 2006