La Chine, nouvel acteur en Moldavie ? Mai 2006.

Note économie n°18.
0 vote

La Chine a fait une irruption remarquée sur les marchés émergents ces dernières années, en Amérique Latine et en Afrique. A titre d’exemple, en 2005, on comptait officiellement 820 entreprises chinoises installées sur ce dernier continent.

L’obtention d’un prêt

Déjà présente dans d’autres régions de l’ex-URSS (comme l’Asie Centrale voisine), les autorités chinoises ont effectué une visite en Roumanie, en Moldavie, en Grèce et en Russie. Ces pays ont des statuts différents, puisque si Moscou fait figure de « partenaire stratégique » de Pékin, Chisinau n’a entretenu jusqu’ici que peu de relations avec le géant asiatique.

Ainsi, la visite de deux jours n’aura pas été sans résultats. En effet, la Moldavie et la Chine ont signé un accord d’assistance économique dans lequel le gouvernement chinois offrira à la Moldavie une assistance d’environ 800.000 dollars (10 millions de yuans).

Groupe d’amitié et futures coopérations

Outre ce prêt, le président du Parlement Marian Lupu a rencontré son homologue Wu Bangguo, et ils se sont félicités de la création d’un groupe d’amitié parlementaire avec la Chine. Pékin a également fait une donation d’équipement au Parlement moldave d’une valeur de 40.000 dollars.

Les autorités moldaves ont exprimé leur souhait de mettre en place un projet conjoint en créant une zone franche sur le modèle chinois avec la participation de leurs capitaux et de leurs investissements.

Wu Bangguo a exprimé son souhait de renforcer les relations bilatérales en matière économique et parlementaire, mais également de politique étrangère.

Au-delà de ces rencontres politiques, il s’agit pour la Moldavie de trouver des débouchés pour ses produits. Le marché chinois, en croissance rapide, peut permettre une diversification des marchés. La crise des vins montre bien l’urgence d’une telle politique.

Florent Parmentier, analyste-politique pour Moldavie.fr.