L’Alliance française

L’Alliance française de Paris

L’Alliance française de Paris est un organisme privé qui a le statut d’une association à but non lucratif reconnue d’utilité publique et dont la mission est la promotion de la langue et de la culture française à l’étranger. À ce titre, elle contribue à l’enseignement de la langue française comme langue étrangère et délivre des diplômes spécifiques ou ceux définis par le ministère français de l’Education nationale (DELF et DALF). Son siège se situe 101 boulevard Raspail à Paris (6e).

Elle fut créée le 21 juillet 1883 par un comité de personnalités, notamment Paul Cambon, Ferdinand de Lesseps, Louis Pasteur, Ernest Renan, Jules Verne, Armand Colin.

L’Alliance française de Paris est presque entièrement autofinancée par les recettes venant des cours dispensés dans les centres et les locations de salles. Elle reçoit de l’État français une subvention (d’un montant de 663 850 euros pour 2003) qui couvre environ 5 % de son budget annuel. Une autre part de son budget est de facto couverte par l’Etat français via la mise à disposition d’enseignants.

L’Alliance française dans le monde

Le réseau de l’Alliance française comprend :

l’école internationale de langue française de Paris, des comités situés dans les villes de province en France, qui accueillent des étudiants étrangers, plus de 1 081 comités installés dans 135 pays (qui n’ont pas tous d’activité régulière d’enseignement). Environ 400 000 étudiants apprennent le français dans les centres de l’Alliance française.

Les Alliances installées dans les pays étrangers sont généralement nées d’initiatives locales et sont très intégrées dans la vie des pays. Régies par le droit local (le plus souvent sous une forme associative), elles sont indépendantes de l’Alliance française de Paris, tant statutairement que financièrement, et fonctionnent vis-à-vis du siège parisien comme des franchises.

L’Alliance française de Paris est propriétaire de la marque « Alliance française » et accorde le droit de l’utiliser après examen des statuts et des objectifs annoncés, en liaison avec les ambassades de France dans les pays concernés, qui donnent leur avis. Il n’y a pas de relations financières entre le siège et les Alliances installées à l’étranger qui doivent pourvoir elles-mêmes à leur financement. Ainsi à New York, le French Institute Alliance Française recourt au mécénat tel qu’il est pratiqué aux États-Unis.

Le ministère français des Affaires étrangères a depuis 2001 une politique de signature de conventions-cadres de coopération entre les Alliances françaises et les services de coopération et d’action culturelle des ambassades, qui peuvent aller jusqu’à confier la gestion de l’action culturelle par l’Alliance française locale. Ces conventions peuvent prévoir des subventions publiques et la mise à disposition de personnels français détachés pour des fonctions de direction.

Son développement en Moldavie

En Moldavie, c’est en 1989 qu’est né, à l’initiative d’un groupe de professeurs du pays, enthousiastes et volontaires, un comité de l’Alliance Française qui s’est cristallisé à Chisinau. Celui-ci, d’abord informel, a été officialisé en 1992, puis, après une installation provisoire dans les locaux du Ministère de l’agriculture, a définitivement élu domicile en 1995 dans le bâtiment du théâtre « Ginta Latina », géré par le Ministère de la Culture. De 1996 à 1997, des antennes de l’Alliance Française de Moldavie ont été créées en province. Actuellement, elles sont au nombre de 7, 4 associations (Balti, Cahul, Nisporeni, Ungheni) et 3 salles de lecture (Bobeica, Causeni, Holercani).

1989 : Création par un groupe de professeurs francophones moldaves d’un comité informel de l’Alliance Française de Moldavie.

1992 : Officialisation du Comité de l’Alliance Française de Moldavie présidé par M. Alexandru Munteanu, avec le concours de M. Xavier Deniau, député français.

1995 : Installation de l’Alliance Française de Moldavie dans les locaux du Ministère de l’Agriculture. Inauguration officielle de l’Alliance Française de Moldavie dans les locaux de « Ginta Latina » par Mme Margie Sudre, Secrétaire d’Etat à la Francophonie.

1996-1997 : Création des Antennes de l’Alliance Française de Moldavie en province.

1998-1999 : Agrandissement des locaux, rénovation, équipement, modernisation…

2000 : Inauguration officielle du Service de Cooperation et d’Action Culturelle et de l’Alliance Française de Moldavie dans leur nouvelle configuration par M. Nicolae Tabacaru, Ministre des Affaires Etrangères de la République de Moldavie et M. Francois Nicoullaud, Directeur General de la Direction Générale de la Coopération Internationale et du Développement du Ministère français des Affaires Etrangères.

2002-2005 : Rénovation complète des antennes de province de l’Alliance Française (2002-Nisporeni ; 2004-Cahul ; 2005-Balti et Ungheni).