Echange scolaire avec des élèves moldaves à Saint-Amand : « La France, c’est un pays moderne »

0 vote

Le drapeau, bleu, or et rouge, de la Moldavie, flotte au vent à l’entrée du collège Jean-Valette. Depuis début avril, une dizaine de jeunes gens de Nisporeni, ont adopté le rythme de vie à la française et plus particulièrement de leurs camarades saint-amandois.

Dans la salle, à l’étage du collège où est rassemblée la troupe, hétéroclite, une charmante jeune fille, à la chevelure blonde, dans un français impeccable, où l’on perçoit à peine une pointe d’accent des pays de l’Est, lance un bonjour chaleureux.

Avec ses sept camarades, elle a rejoint la cité saint-amandoise dans la soirée du dimanche 3 avril, « après trois jours de voyage. » Un sacré périple d’autant plus qu’il s’est fait en car.

Depuis, les jeunes moldaves ont retrouvé la pêche. Leur immersion chez leurs petits copains français ne cesse de les enchanter. « Ici, c’est plus moderne que chez nous », lâche Pavel. Dans leurs yeux d’adolescents, la France a plus d’un atout en poche. « La nourriture française nous plaît beaucoup ».

Assister aux cours, en français ? Une bagatelle. « Le collège, c’est très différent de chez nous. Les études sont plus faciles. On suit les cours dans la journée mais ce n’est pas trop compliqué », remarque Pavel. Des paroles qui font tout aussitôt réagir son copain français, Thibault. « Non, c’est pas vrai. » Il faut dire que les méthodes d’apprentissage n’ont rien à voir. « Chez eux, c’est énormément de par cœur », précise Fabrice Dubus, professeur coordinateur et président de l’association Berry-Moldavie, organisatrice des voyages.

Les jeunes gens ont bien évidemment profité de ce séjour pour faire un peu de tourisme. A Bourges, la cathédrale, le palais Jacques-Cœur, sans oublier « les magasins », un détour incontournable pour les adolescentes, en revenant au vieux centre de Saint-Amand.

Quant aux collégiens de Jean-Valette, ils ont eu l’occasion d’approfondir « les coutumes, la religion de la Moldavie », détaille Marie. Et d’apprendre quelques mots de moldave. « Moi, je sais dire capra et vaka », plaisante Thibault (traduction pour chèvre et vache).

Article par Gwénola Champalaune repris sur le site http://www.leberry.fr/editions_locales/saint_amand_montrond/echange_scolaire_avec_des_eleves_moldaves_a_saint_amand_la_france_c_est_un_pays_moderne@CARGNjFdJSsBEBgBBhw-.html