Céline, volontaire du Service européen en Moldavie - Sablé-sur-Sarthe

Spécial avenir

Passer 6 mois en Moldavie, pour participer à un projet d’intérêt général. À 22 ans, Céline a choisi cette façon d’être une citoyenne européenne.

La Moldavie est un lointain pays d’Europe orientale, qui compte à peine plus de 4 millions d’habitants. Avant son SVE, Service volontaire européen, Céline Juliot n’en savait sans doute pas plus sur ce petit État, indépendant depuis moins de 20 ans.

Après une licence Médiation culturelle en 2009 à Tours, elle a décidé de mettre son expérience à contribution dans un projet culturel, en partant vers un pays européen. C’est ainsi qu’à 22 ans, elle s’est engagée dans le SVE : « Une véritable opportunité, qui permet de partir à l’étranger gratuitement et avec un vrai objectif ». Céline a commencé par trouver une structure d’envoi, la Maison de l’Europe à Laval.

Céline Juliot
Céline Juliot

Après, ce sont des lettres de motivations par dizaines… Et finalement, un appel d’offres pour la Moldavie, pour lequel elle se décide. « Je ne voulais pas d’abord choisir un pays, affirme-t-elle, mais un projet ».

S’intégrer à la culture

Là-bas, l’organisation est un peu chaotique. Le pays est très pauvre, déchiré entre plusieurs ethnies, et les associations sont encore jeunes. Au lieu de préparer des expos en salle à Cahul, dans le sud du pays, Céline se retrouve donc à donner des cours de français, de théâtre… Pour la jeune Sarthoise, le but comme la difficulté étaient « d’apporter des idées nouvelles, tout en respectant leur culture : il fallait faire des compromis ».

Elle a d’abord passé un mois dans une famille d’accueil, pour bien s’intégrer. « C’était important, car la culture traditionnelle a encore une grande place là-bas, commente-t-elle. On a dansé, on a porté les costumes populaires » D’octobre à mars, une expérience riche, même s’il n’a pas toujours été facile de s’adapter. « Les Moldaves sont très religieux, même les jeunes filles, se souvient-elle. Ce qui ne les empêche pas de se balader en minijupes et talons dans 20 cm de neige »

Peut-être un jumelage ?

L’aventure lui a tellement plu que la jeune femme retourne en Moldavie dans quelques jours ! « Je n’ai connu le pays qu’en hiver. C’était déjà beau, car n’ayant que peu connu l’industrie, ses paysages sont préservés, sourit-elle à l’idée de ces deux semaines là-bas. Mais ce doit être magnifique au printemps, je voulais voir ça. »

Pour la suite, ce devrait être un Master 1 à Dijon, dans l’Ingénierie de projet culturel. Le poste que Céline préférerait plus tard, ce serait dans le service culturel d’une ville, car elle a « envie de s’adapter à la population, aux différentes personnes ». Elle était mercredi au Point information jeunesse pour partager son expérience. Et peut-être faire passer le message d’un projet qui lui tient à cœur : poser les bases d’un jumelage entre Sablé et une ville moldave.

Article par Céline MOUNIÉ repris sur http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Celine-volontaire-du-Service-europeen-en-Moldavie-_53233-avd-20100515-58227863_actuLocale.Htm