Carnet de voyage : C’est parti pour l’aventure

0 vote

Sept collégiens de Jean Valette accompagnés de deux professeurs se sont envolés pour la Moldavie. Ils nous donnent régulièrement de leurs nouvelles. Premières impressions : le voyage.

Charlène, Cindy, Guillaume, Catia, Anaïs, Mélanie, Pauline et leurs deux professeurs : Anne- Marie Petitpez et Fabrice Dubus, tout ce petit monde, lundi seize août, sur le coup de sept heures du matin, s’est rassemblé sur le parking du collège. Quelques minutes d’attente et le groupe au complet, avec armes et bagages, s’engouffre dans les voitures. Derniers adieux et le convoi se forme, direction l’aéroport Charles de Gaulle.

Entre passagers et chauffeurs, on échange connaissances sur la Moldavie, souvenirs pour Charlène, conseils et plaisanteries. Le véhicule de queue se retrouve très vite affublé du surnom de “corbillard”. Arrivés à l’aéroport, sous une pluie diluvienne, on quitte les parents pour enregistrer bagages et voyageurs, faire sonner les portiques de sécurité et devoir se déshabiller à moitié, avant de gagner le hall d’attente et essayer de comprendre les annonces. Pas question pour autant de ranger les portables et d’oublier les SMS. Bien sûr, certains sont déjà fatigués, affamés, excités mais pas prêts pour autant à renoncer au voyage.

Il faut même retirer ses chaussures

Ça y est : l’accès au Boeing est ouvert, prochaine étape Bucarest. Quelques minutes d’angoisse avant le décollage. En fait, c’est pas si terrible et le plateau-repas (poulet au curry, boisson, dessert) est plutôt bon.

On passe au-dessus de l’Autriche, de la Hongrie puis de la Roumanie et on entame la descente sur Bucarest. Dans l’aéroport, direction la zone de transit, contrôle et nouvel effeuillage. Ce coup-ci, ce sont même les chaussures qu’il faut retirer. Pour tuer l’attente : échanges de SMS encore, achats de boissons, SMS toujours. L’un des élèves exhibe de son sac la plaquette des consignes de sécurité emportée par erreur - « je croyais qu’ils les changeaient à chaque vol. »

Enfin, on gagne le car, la passerelle et l’ATR de la Tarom. À peine une heure de vol et l’on se pose à Chisinau. Un coup de tampon sur le passeport et l’on franchit la douane. Chacun retrouve ses valises. Bonjour le flacon de shampooing écrasé sur le chargeur de téléphone. Raïsa et Svetlana (de l’Alliance française) sont là à nous attendre, tout sourire.

Dernier embarquement, dans un minibus et route vers Nisporeni où nous attendent les familles.

Article repris sur http://www.leberry.fr/editions_locales/saint_amand_montrond/_moldavie_episode_1_c_est_parti_pour_l_aventure@CARGNjFdJSsGEB4GBxw-.html

Août 2010