Moldavie : Chisinau, millésimes underground

0 vote

17 km de la capitale moldave, Chisinau, la cave Milestii Mici porte le nom du village le plus ancien de Moldavie. Des recherches archéologiques ont permis de découvrir les vestiges des Xe et XIe siècles. A l’époque, les villageois construisaient leurs maisons avec les pierres qu’ils extrayaient des mines situées aux alentours. Aujourd’hui, les anciennes galeries atteignent plus de 200 km, situées à une profondeur allant de 30 à 85 m. Une configuration qui assure une hygrométrie de 85-95 % et une température comprise en permanence entre 12 et 14°. Conditions idéales pour la conservation et la maturation du vin.

Le directeur de l’établissement Gheorghe Castravet fait visiter la galerie en voiture : “Vous savez, nous dit-il, bien que Milestii Mici soit aujourd’hui une entreprise appartenant à l’Etat moldave, je la dirige, comme toutes les entreprises vinicoles privées. Nous sommes fiers de pouvoir dire que nous appartenons au patrimoine culturel national.”

Cet homme volontaire a sous sa responsabilité 260 personnes. Elles travaillent à la production, à la fabrication, à l’élaboration, au vieillissement des vins entreposés dans 1 200 barriques de chêne. Le groupe possède aussi une collection de vins de renommée internationale. Le Guinness World Records l’a consacrée, en 2005, “collection d’or”, la plus fabuleuse collection du monde. Elle compte un million et demi de bouteilles exceptionnelles. Le groupe produit des vins blancs, issus en majorité de cépages français, en particulier, un sauvignon 1988, ou un pinot 1990. Les rouges sont vigoureux, comme les cabernet-sauvignon 1986, les codru 1987, les negru de Purcari 1986. Le domaine produit aussi des vins moelleux ou plus précisément, des vins liquoreux comme l’auriu 1986 ou le trandafirul moldovei 1986. Une production que l’on retrouve sur les tables américaines, japonaises, britanniques, grecques, et tchèques.

La cave la plus réputée de la Moldavie est sans conteste celle de Cricova : c’est une fabuleuse galerie, impressionnante et prestigieuse de près de 80 km de long qui, comme Milestii Mici, appartient à l’Etat. Valeriu Mihaluta, le coordinateur du groupe, sert de guide pour ce voyage au centre de la terre où une voiture est indispensable. Au terme d’un fabuleux trajet, le saint des saints apparaît. Il recèle une collection de vieilles bouteilles. Le plus ancien flacon, un millésime 1902, est préservé sous une cloche de verre. D’autres bouteilles dorment sereinement comme des bordeaux dérobés par le nazi Hermann Goering, et récupérés par les soldats de l’Armée Rouge après la capitulation allemande. On peut aussi y découvrir de magnifiques premiers grands crus de bordeaux, d’excellents et prestigieux portos, des vins italiens et autres vins européens qui constituent ce sublime trésor.

Pour perpétuer la tradition de ces grandes caves souterraines, les époux Grigorii et Nelly Sonic – propriétaires de la société de négoce, Lion-Gri, de nombreux châteaux et domaines vinicoles – ont acheté une ancienne carrière qu’ils ont transformée en une immense cave. Chaque allée porte un nom de cru. Grigorii Sonic construit, bâtit et imagine son projet comme un architecte. A 85 m sous le niveau du sol, le visiteur roule dans de grandes artères sur 56 km de souterrains. “Parfois, j’ai l’impression d’être le metteur en scène d’un opéra”, confie le maître des lieux.

Le projet des époux Sonic ne s’arrête pas là. A la sortie de la galerie dominant la vallée, “il est prévu un complexe hôtelier de grand luxe, j’envisage d’engager un chef français pour adapter et moderniser la cuisine moldave. Ce projet va voir le jour très rapidement, s’enthousiasme Grigorii Sonic. Les touristes gastronomes du monde entier pourront s’y presser, déguster et se détendre dans mon fabuleux site.”

A 140 km au sud-est de Chisinau, à la frontière entre la Moldavie et l’Ukraine, s’étend la région vinicole moldave la plus réputée pour la qualité du terroir. Elle accueille la première compagnie de négoce de vins de Moldavie, la société Purcari. Fondée en 1827, elle a été rachetée par Victor Bostan il y a une dizaine d’années. Sa formation universitaire en œnologie, lui a permis de la transformer et de moderniser son entreprise. Propriétaire et seul maître à bord, il connaît chaque pied de vigne ; c’est à la fois un grand négociant et un amoureux de sa terre qui, de plus, reste attentif à l’innovation technologique dans le monde du vin. Victor Bostan voyage à travers le monde, s’informe, se renseigne, se documente. Les belles propriétés bordelaises ou bourguignonnes sont ses modèles. “Si le vignoble français est un crescendo, le vignoble moldave traditionnel est une modulation”, affirme-t-il. Tout est fait ici pour contenter les amateurs de bons vins ; un complexe hôtelier est même à leur disposition. “La cuisine traditionnelle est un enclos, ne pas en sortir serait une régression, j’aime mettre un pied hors de l’enclos. Mais je me garderais bien d’en sortir totalement”, précise Victor Bostan avant de s’attabler, un verre à la main…

Article par Guy Kornfeld, publié sur http://fr.news.yahoo.com/64/20100525/tcu-moldavie-chisinau-millsimes-undergro-968b4de.html

Le 16 juin 2010