“Dor de Codru” – un nouveau circuit touristique rural ranime l’économie locale

0 vote

„Dor de Codru” ("Nostalgie du Codru") est un projet unique : les habitants de la région, ensemble avec leurs proches qui travaillent maintenant à l’étranger, ont créé un circuit touristique rural réunissant trois villages voisins - Ciorești, Dolna et Micleușeni. Un an après avoir été lancé, le circuit est de plus en plus visité par des touristes étrangers attirés par les paysages pittoresques, l’ambiance rustique authentique et les traditions locales.

« Dor de Codru » comprend une vingtaine d’attractions touristiques à multiples composantes : écologie, pêche, culture, gastronomie, histoire, religion, sports. Une offre touristique très variée : œnotourisme pour déguster des vins locaux, cyclotourisme, découverte de l’histoire, expériences quad, agrotourisme, dégustation de myrtilles, etc.

Une imposante porte cochère en bois gravée manuellement est la première attraction touristique de ce circuit, ainsi que la carte de visite du village de Ciorești. Cette porte ouvre l’accès vers les autres destinations : Dolna et Micleușeni.

Le Manoir du Miel, une affaire « douce »

Le premier arrêt est à Micleușeni, au Manoir du Miel. Il s’agit en fait d’un rucher aménagé pour accueillir des touristes. Les visiteurs, surtout les enfants, apprennent ici des choses intéressantes sur la vie des abeilles.

Le propriétaire, Victor Ciolacu, a créé ce rucher après avoir travaillé de longues années en Grèce. Son but est de développer une affaire prospère et encourager de cette façon ses enfants qui travaillent en Italie à rentrer chez eux.

A Dolna, sur ses traces d’Alexandre Pouchkine

Une autre attraction du circuit « Dor de Codru » c’est le manoir Zamfirache Ralii-Arbore, situé dans le village de Dolna. Le manoir a plus de 200 ans et il est surtout fameux pour avoir hébergé le poète russe Alexandre Pouchkine lors son exil en Bessarabie. C’est justement dans ces parages que Pouchkine a rencontré Zamfira, une Tsigane dont il est tombé follement amoureux, à qui il a consacré un magnifique poème.

Ce manoir est d’ailleurs un des points forts de ce circuit touristique. On y retrouve des objets d’art, des instruments de musique, des photographies, des peintures et des manuscrits anciens.

Randonnées dans le Codru séculaire

Ce trajet abonde en forêts qui donnent la possibilité de prendre une dose d’énergie et air frais.

La colline de Răcătău située aux alentours du village de Ciorești est la deuxième la plus haute de Moldavie. C’est un endroit préféré de tous les habitants, depuis le plus bas âge. En hiver, on y fait de la luge, en été – du parapente.

Artisanat et traditions locales

À la Maison du Potier, les visiteurs sont chaleureusement accueillis par Zaharia Triboi, le seul artisan de Moldavie qui fait de la céramique noire. C’est un personnage très intéressant, au regard malin, qui parle sagement, toujours prêt à faire une démonstration de poterie. Il confectionne toute une gamme d’objets – cruches, pots, tasses… Les enfants adorent ses sifflets d’argile en forme de coq.

Le potier est heureux d’avoir pu transmettre les secrets de son métier à son fils Adrian qui partage la passion de son père : « L’artisanat est un trésor qu’il faut protéger et faire connaître. Cela montre que nous sommes un peuple qui a un passé et un avenir ».

Les sept frères et sœurs de Zaharia Triboi travaillent dans divers pays d’Europe. Son rêve est de les faire rentrer en Moldavie. Il espère que le succès de son affaire dans le domaine du tourisme les incitera à revenir dans leur patrie et à suivre son exemple.

Les pensions agro-touristiques – des affaires de famille

Iulia Axente a transformé la maison de ses parents en une maison d’hôtes. Personne n’y vivait plus et, après la rénovation, Iulia lui a donné une nouvelle vie.

Elle y accueillit des touristes qu’elle régale avec des plats cuits au four : « Nous faisons des plats traditionnels : plăcinte, sarmale, zeamă, mămăligă. Je vois que beaucoup s’intéressent à notre mode de vie, nos occupations. Nos hôtes admirent nos paysages, notre nature. C’est tranquille ici. ».

Le tourisme rural – un moteur du développement économique local

Le secteur du tourisme a un important potentiel de développement en Moldavie et c’est un facteur du progrès socio-économique.

En janvier-juin 2019, les agences de voyages ont fourni des services touristiques à 151,6 mille touristes et excursionnistes, soit 12,2% de plus que pendant la période correspondante de 2018.

L’offre touristique de la Moldavie répond surtout aux attentes des voyageurs qui sont à la recherche de nouvelles expériences qu’on peut vivre dans un atelier d’artisanat, dans la cuisine d’une pension rurale, dans un rucher, etc. Ajoutons-y l’expérience de la communication avec les gens de diverses communautés, ce qui permet de mieux comprendre un pays et son peuple.

D’après un article publié sur http://moldova9.com/video-dor-de-codru-un-nou-traseu-turistic-rural-readuce-la-viata-economia-locala/

Le 27 janvier 2020