Une présence économique française structurée en Moldavie

0 vote

Une analyse par la Chambre de Commerce et d’Industrie FRANCE MOLDAVIE.

Si les relations commerciales entre la France et la Moldavie sont stables et durables, mais mériteraient largement de se développer, la présence des investisseurs français dans le pays est toutefois plus significative.

Regroupés désormais pour la plupart au sein de la CCI FRANCE MOLDAVIE qui « institutionnalise » la présence économique française dans le pays, les investissements français contribuent à structurer l’économie locale et sont un facteur d’attractivité pour le pays.

La CCI FRANCE MOLDAVIE, l’Ambassade de France en République de Moldavie et ses différents services (Services économique à Kiev, Mission financière à Moscou, Attaché douanier à Sofia et Business France à Bucarest) travaillent au renforcement des échanges commerciaux et des investissements français dans le pays. Un Conseil économique auprès de l’Ambassade a été constitué en 2018.

La CCI FRANCE MOLDAVIE dispose d’accords de partenariats avec Business France Roumanie et AWEX pour la Wallonie. Elle est membre du réseau de CCI France International fort de 120 CCI Française à l’International dans 90 pays.

La CCI FRANCE MOLDAVIE dispose également de multiples partenariats locaux (MIEPO, CCI de la République de Moldavie, CCI de Transnistrie, Association de Coopération Économique Moldavo-Allemande, ODIMM, Invent Moldova, CEED-MOLDOVA et AOAM) et de tous les contacts utiles auprès des autorités moldaves qui sont attentives à développer la présence des investisseurs français et, plus généralement, étrangers dans le pays. Elle est également membre du Conseil Économique auprès du Premier Ministre de la République de Moldavie et du Comité Consultatif des Douanes Moldaves.

Des relations commerciales à développer

Les relations commerciales entre la France et la Moldavie sont stables et durables, mais restent encore modestes malgré les nombreuses opportunités existantes, notamment depuis la mise en œuvre de l’Accord d’Association UE-Moldavie et de son volet de libre-échange. Le pays vient en effet d’enregistrer une hausse historique de ses exportations vers l’Union européenne sur les deux premiers mois de 2018 par rapport à la même période de 2017. Depuis 2016, les exportations vers l’Union européenne sont en croissance continue après la crise enregistrée en 2015.

Par ailleurs, la République de Moldavie a également signé des Accords de Libre-échange avec 43 pays : ceux de l’UE, de la CEI (Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie, Tadjikistan, Ouzbékistan), la Turquie, la Macédoine, l’Albanie, la Serbie, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, la Géorgie et l’Ukraine, représentant un marché de plus de 880 millions d’habitants. Un nouvel accord est en discussion avec la Chine.

La Moldavie bénéficie aussi de plusieurs accords commerciaux préférentiels avec des pays développés (hors Europe), tels que les États-Unis, le Japon ou encore le Canada. Elle représente donc également une plate-forme de développement des échanges commerciaux avec ces pays.

Concernant la France, elle était en 2016 le 10e fournisseur (le 5e des pays de l’UE derrière la Roumanie, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne) de la Moldavie avec 2,33% du total des importations dans un pays où la croissance est largement portée par la consommation. Les exportations françaises sont composées de biens d’équipement, notamment électriques et automobiles. Viennent ensuite les produits textiles et les produits agricoles, notamment dans le secteur de la viticulture.

La même année toujours, la France était le 11e client du pays (le 7e au sein de l’UE derrière la Roumanie, l’Italie, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Pologne, et la Bulgarie) avec 2,10% des exportations moldaves. Les importations françaises sont composées principalement de produits agricoles et de produits textiles.

Ces données sont toutefois à considérer avec recul, notamment en ce qui concerne nos exportations. De nombreux produits français sont en effet distribués aujourd’hui via des distributeurs roumains ou allemands et n’apparaissent pas dans les données des échanges commerciaux entre la France et la Moldavie.

La balance commerciale de la République de Moldavie avec la France est négative, mais les produits français y disposent encore d’une belle marge de progression.

La France : 3e investisseur étranger en Moldavie

Les investissements français sont nettement plus conséquents. La France est l’un des premiers pays à avoir investi en Moldavie dès la fin des années 90, en raison d’abord de la place, qui reste importante, du français dans le pays.

Elle était le 3e investisseur étranger en Moldavie en 2015, après la Russie, les Pays-Bas et avec un pourcentage similaire à Chypre et à l’Espagne, et devant la Roumanie, l’Allemagne et l’Italie. Cette place ne traduit néanmoins pas complètement la réalité du poids des investissements français dans le pays, l’importance des investissements dit « off-shore » influant de manière substantielle sur le classement des IDE, aux premiers rangs desquels se retrouvent les Pays-Bas et Chypre.

Le lancement annoncé en 2018 de négociations pour la signature d’une nouvelle convention fiscale entre la France et la Moldavie devrait permettre de clarifier l’origine d’investissements français non fléchés comme tels aujourd’hui.

Les investissements français bénéficient d’un accord de protection réciproque des investissements, signé le 8 septembre 1997 et entré en vigueur le 3 novembre 1999. Les investissements français sont structurants et à forte visibilité pour le pays : secteur des télécommunications (Orange), construction (Lafarge Holcim), banque (Mobiasbanca – Groupe Société Générale) et, depuis 2018, services à la personne (Up – Groupe Chèque Déjeuner). L’arrivée de ce dernier investisseur traduit aussi l’émergence d’une classe moyenne et la volonté des autorités d’aller vers plus de transparence.

Orange a testé et/ou lancé avec succès en Moldavie la 4G et la voix HD avant la France. L’entreprise réalise un chiffre d’affaires correspondant à 2,5% du PIB moldave et détient 65% des parts de marché de la téléphonie mobile. Premier opérateur du pays, l’entreprise vient d’acquérir le premier distributeur câble TV de Moldavie pour assurer la convergence de son offre.

Lafarge possède la plus importante usine de ciment en Moldavie et fournit 55% des besoins du pays. Le groupe poursuit ses investissements et vient d’ouvrir un centre d’innovation à Chisinau.

La Société Générale est la 4e banque du pays et poursuit sa progression. Elle était la première banque étrangère avant la prise de participation de la Banque roumaine Transilvania et de la BERD dans le capital de la première banque moldave en 2018. Lactalis, Bargues Agro-Industrie (Groupe Maître Prunille) et Le Bridge (Glaces Sandra et Duty Free) sont également présents en Moldavie avec des unités de production ou des points de vente.

Bucher-Vaslin (solutions pour la viticulture) et Bongard (matériel de panification) y commercialisent leurs offres avec succès.

Plusieurs entreprises françaises du domaine des IT, des centres d’appels et du BPO sont également présentes : Pentalog, Youmesoft, Netizencall, Prestacall, Cyssea, Lagrange. Pentalog est aujourd’hui considérée comme une « success-story » française dans son domaine. Plus récemment, en 2014, Sade (Groupe Véolia) dans les domaines de l’eau et du génie civil et EcoDelta - Groupe JC Montfort dans le domaine des énergies renouvelables, en 2017 et 2018, Cabling Integration System (Groupe Sofimeca) et T-Concept dans le domaine du câblage électrique pour l’industrie automobile ou JVG Trading (Sourcing) ont choisi de s’installer en Moldavie.

Le Groupe IDEC (Aménageur, promoteur, investisseur immobilier) doit ouvrir un bureau en 2018 à Chisinau et va d’ores-et-déjà assurer l’aménagement de la nouvelle usine du Groupe Sumitomo dans le pays.

Plusieurs entreprises françaises sous-traitent avec succès de l’activité en Moldavie, dans le domaine industriel ou du textile principalement, s’appuyant parfois sur des entreprises françaises spécialistes en outsourcing et sur la CCI FRANCE MOLDAVIE.

Source : http://www.ccifm.md

Le 18 mai 2018