Une nouvelle association est née dans l’espace franco-moldave

3 votes

Article de Gilles RIbardière

« Cercle Moldavie » est particulièrement heureux de la création d’une nouvelle association liée à la Moldavie. C’est tout un symbole qu’elle soit basée à Strasbourg, siège du Parlement Européen. Ce petit pays appartient bien à l’ensemble européen et mérite d’être mieux connu et reconnu.

L’Association Alsace-Moldavie qui vient de voir le jour (née le 17 septembre de cette année, sa déclaration officielle datant du 11 octobre) est la bienvenue pour contribuer à promouvoir une meilleure connaissance de la Moldavie. C’est donc très volontiers que nous rendons compte des propos de son président, Jean-Claude Million.

Jean-Claude Million
Jean-Claude Million

L’intérêt que porte Jean-Claude Million à la Moldavie est naturel, puisque son épouse est Moldave. Cette circonstance le conduit à poser sans doute un regard bienveillant sur le pays, mais qui n’en est pas moins objectif. Trois facteurs le frappent particulièrement : l’hospitalité, le bilinguisme (roumain et russe) et une pauvreté certes largement répandue, mais qui est vécue avec pudeur et discrétion. Ainsi rappelle-t-il qu’à l’occasion des mariages les familles mettent un point d’honneur à donner tout leur lustre aux festivités qui les accompagnent. Sa connaissance du pays se nourrit de nombreux séjours familiaux, bien sûr, mais aussi professionnels.

Ses contacts dans le milieu universitaire sont nombreux A cet égard, il est intéressant de noter que la licence Management et Entrepreneuriat dans l’Espace Européen, délivrée par l’Université de Strasbourg (UDS) dont il assure la responsabilité, a accueilli dans un premier temps beaucoup de Roumains, mais avec un tournant dans les années 2010 : ce sont des Moldaves, bénéficiaires d’un passeport Roumain, qui ont pris le relais.

Ces facteurs, parmi d’autres, l’incitent donc à organiser un lien pérenne entre l’Alsace et la Moldavie qui ne se cantonne pas dans le seul domaine universitaire. Grâce à la présence de Felicia Cojocaru et Larisa Grajdieru, toutes deux de nationalité moldave, devenues entre temps vice-présidentes, l’Association Alsace-Moldavie a vu le jour. La jeunesse de l’association explique le nombre encore modeste d’adhérents (une vingtaine), ce qui n’empêche pas une solide structuration, avec un bureau étoffé de 8 membres, de nombreux projets et une activité sur les réseaux sociaux.

Une des vice-présidentes, Larisa Grajdieru, devrait prendre en charge prochainement une antenne envisagée à Chisinau, sachant qu’est souhaitée une solution prévoyant n’avoir entre Strasbourg et la capitale Moldave qu’une seule entité juridique. La structuration se traduit par la création de commissions dont la liste s’allongera au gré des projets :

  • – Communication
  • – Science et universités
  • – Relations extérieures et promotion
  • – Economie
  • – Social
  • – Culturel.

Ce qui est important à noter c’est la qualité des soutiens, à commencer par celui de l’Union Internationale des Alsaciens (qui a incité Jean-Claude Million à créer l’association), mais aussi de l’Alliance Française, de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Moldavie, de la Représentation permanente de la République de Moldavie auprès du Conseil de l’Europe, de parlementaires alsaciens, etc.

La part des relations interuniversitaires sera bien évidemment importante dans l’activité de l’association. En tant qu’universitaire, Jean-Claude Million porte pour l’Université de Strasbourg un projet de partenariat avec l’Université « Alecu Russo » de Balti en vue de la mise en place d’une licence de gestion francophone. Il est également prévu d’établir des relations avec l’Université d’Etat et peut être avec l’Université Agraire.

Mais il y a aussi le souhait de promouvoir des actions en direction de collectivités locales, avec Felicia Cojocaru qui dispose d’un excellent réseau de connaissances. Une première approche a été faite avec Ribeauvillé pouvant aller jusqu’à un jumelage avec Ialoveni. L’association envidage dans un premier temps d’assurer l’organisation de rencontres mettant l’accent sur les points communs : vin, marché de Noël, développement économique et local, urbanisme… D’autres pistes de partenariats sont envisageables, impliquant d’autres villes alsaciennes, comme Kaysersberg ou Orbey ; par exemple. En Moldavie on pense à Ungheni. Un des objectifs de l’association est en grande part de rendre familière la Moldavie au public alsacien et de faciliter les échanges. A cet effet, l’association a déjà une page Facebook et la vice-présidente moldave, Larisa Grajdieru, prépare un portail qui, à n’en pas douter, permettra d’enrichir les échanges. L’organisation d’une conférence en janvier sur le thème « De Strasbourg à Chisinau : un pont culturel, économique et social » devrait assurer à la jeune association une certaine audience auprès du public français.

Sur le plan culturel sont envisagées des manifestations, telles qu’une semaine Moldavie en Alsace et une semaine Alsace en Moldavie. On sent chez Jean-Claude Million un investissement total dans le projet, nourri par un engagement de chaque instant pour la cause de la francophonie. Il souligne par ailleurs l’appui sans faille des citoyennes et citoyens moldaves, comme Felicia Cojocaru, vice-présidente, qui travaille au Conseil de l’Europe, par ailleurs.

Vraiment, « Cercle Moldavie » a toutes les raisons pour soutenir l’initiative de Jean-Claude Million et rendra compte avec intérêt des actions qui se développeront.

Le 22 décembre 2018