Un tableau d’une peintre moldave au Palais de Buckingham

0 vote

La peintre moldave Elena Plămădeală a peint le portrait de la reine Elizabeth II, de la duchesse de Cambridge, Kate Middleton, et du prince Philip, le portrait de ce dernier ayant surtout joui d’appréciation à la résidence royale.

Cela fait seulement six mois qu’elle s’est installée à Birmingham, au Royaume-Uni, mais elle a déjà réussi à faire connaître son talent - la peintre et photographe moldave Elena Plămădeală a réalisé des portraits de plusieurs personnalités notoires.

Elena Plămădeală
Elena Plămădeală

Elena a 28 ans, elle est née dans la ville moldave de Ialoveni et se décrit tout simplement : « Je suis une jeune artiste passionnée par les arts ». Elle a hérité son talent de son père qui, s’il était encore en vie, serait certainement très fier de sa fille. « Mon père a fait son service militaire dans la flotte maritime et son album photo datant de cette période-là abondait en illustrations. Quand j’étais toute petite, je voulais pouvoir dessiner comme lui. J’ai commencé à dessiner depuis le jardin d’enfant et mes parents ont gardé mes dessins de l’époque ».

Elena - arrière-petite-fille du peintre Alexandru Plămădeală

Afin d’encourager la passion de leur fille pour le dessin, les parents d’Elena l’ont inscrite à l’Ecole de Beaux-Arts d’Ialoveni, après quoi elle a fait ses études au collège « Alexandru Plămădeală » de Chișinău. En fait, le remarquable peintre moldave Alexandru Plămădeală (dont le Collège le nom porte ) est l’arrière-grand-père d’Elena !

Décoratrice d’intérieur

Depuis qu’elle faisait ses études au Collège, la jeune artiste était attirée par la photographie et elle voulait suivre cette voie, mais sa famille lui a suggéré d’étudier le design. Elle a donc été admise à la faculté d’urbanisme et d’architecture de l’Université technique de Moldavie, spécialité décoration d’intérieur.

« Beaucoup d’enseignants me disaient que j’étais trop artistique et que je devais penser en ingénieur. En été, je suis allée aux Etats-Unis pour travailler dans le cadre d’un programme pour jeunes et, à mon retour, un professeur m’a demandé pourquoi j’étais revenue et pourquoi je n’avais pas profité de l’opportunité de rester aux États-Unis. Cela a tué mon enthousiasme pour ce domaine. J’en avais assez d’entendre à chaque pas que mes croquis étaient trop artistiques pour la décoration d’intérieur. Une fois mes études à l’Université finies, j’ai décidé de revenir à mon amour pour la photographie. J’ai commencé à travailler dans une équipe de photographes animée par Alex Iordache, en tant qu’éditeur et concepteur d’albums photo », raconte Elena.

Tandis que jusqu’à l’âge de 20 ans sa passion pour la photographie était plutôt intuitive, basée sur ses connaissances dans la peinture, après avoir fait connaissance avec le photographe Alex Iordache, elle a décidé que sa passion deviendrait son métier. Toutefois, même si elle s’est surtout consacrée à la photographie, Elena Plămădeală n’a pas totalement renoncé à ce qu’elle sait faire le mieux : la peinture.

L’émigration

Il y a six mois, la peintre a décidé d’émigrer, car elle souhaitait se développer professionnellement et aussi sortir de sa zone de confort. Elle a choisi le Royaume-Uni, plus précisément Birmingham, où, pas-à-pas, elle s’affirmée en tant qu’artiste.

Depuis qu’elle a quitté son pays natal, elle a décidé de se consacrer davantage à la peinture, tout en continuant, pendant son temps libre, à photographier.

Flattée par la lettre reçue de la résidence royale

Elena Plămădeală a peint des portraits de plusieurs personnalités notoires, dont le prince Michael de Kent, la reine Elizabeth II, la duchesse de Cambridge, Kate Middleton et le prince Philip, le portrait de ce dernier ayant même accédé au Palais de Buckingham.

«  Tout a commencé avec le portrait de la reine Elizabeth II que j’ai fait pour son anniversaire. L’ouvrage a été diffusé sur les réseaux sociaux et remarqué par Dragoş Preda, président de Rotary Club Bucharest Cismigiu. Il m’a dit qu’il allait rencontrer les membres du Rotary Club de Londres et que le prince Philip serait présent à l’événement. Et il a eu l’idée que je fasse le portrait du duc d’Édimbourg.

J’ai été présente à cet événement-là, mais malheureusement le prince Philip n’y est pas venu, car il était dans une période de convalescence après une intervention chirurgicale. Toutefois, le Rotary Club a envoyé le portrait à la résidence royale. Peu de temps après, j’ai reçu une lettre officielle m’annonçant que mon tableau était au Palais de Buckingham. Dans la lettre il était dit que beaucoup de peintres avaient réalisé le portrait du duc d’Édimbourg, mais aucun autre portrait n’était aussi bon que le mien. Cela m’a bien sûr flattée ! J’avais travaillé très minutieusement sur le portrait du duc, car je voulais exprimer la bonté que j’avais deviné dans ses yeux et je crois que j’ai réussi à le faire », raconte la peintre.

Une exposition à Birmingham

Elena Plămădeală ne regrette pas d’avoir émigré au Royaume-Uni, où elle fera de son mieux pour s’affirmer en tant qu’artiste. Sans doute, sa famille et ses amis lui manquent et elle souhaite leur rendre bientôt visite.

Entre temps, Elena se prépare activement à une exposition qui aura lieu à Birmingham, où elle présentera une partie de ses œuvres.

D’après un article de Lena NEGRU-AFTENII publié sur http://www.jc.md/cealalta-basarabie-tabloul-lenutei-a-ajuns-la-palatul-buckingham/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+ZiarJurnalDeChisinau+%28Jurnal+de+Chi%C5%9Fin%C4%83u%29

Le 22 octobre 2018