Un fermier moldave a gratuitement donné aux habitants de son village plus de 20 tonnes d’oignon

0 vote

Igor Popov, un jeune fermier du village de Dângeni, dans le nord de la Moldavie, a récemment annoncé sur les réseaux sociaux qu’il avait de l’oignon à offrir à ceux qui en avait besoin.

Igor Popov fait partie d’une famille d’agriculteurs - son père exerce ce métier depuis de nombreuses années. Après avoir fait ses études à l’Université Agraire, il s’est dédié, lui-aussi, à l’agriculture. Igor est l’agronome de la société „Dîngenaru” fondée par son père. «  Depuis que j’étais enfant, j’aimais me balader dans les champs. J’aime beaucoup mon métier - c’est très encourageant de cultiver de la nourriture pour les gens », dit Igor.

L’année dernière a été très difficile pour les agriculteurs moldaves à cause de la sécheresse. « Lorsque les années précédentes nous récoltions environ huit tonnes de maïs, l’an dernier nous n’en avons récolté que 2,5 tonnes. Donc plus de 60% de pertes, juste pour le maïs, raconte le jeune agriculteur. Quant aux légumes, nous avons cultivé de l’oignon et des pommes de terre sur environ 60 ha. La récolte de pommes de terre, nous avons finalement pu la vendre, il nous en reste peu. L’oignon, nous en donnons gratuitement ».

Igor a offert un total de 20 tonnes d’oignon à environ 700 familles. Le fermier n’arrive pas à vendre sa production et, afin de ne pas la laisser s’altérer, il a décidé de l’offrir. Il explique cette situation par le faible pouvoir d’achat, surtout parmi les habitants des villages, et par la pandémie. Or, vu que le secteur HoReCa ne travaille pas à pleine capacité, les fermiers ont perdu un client important.

Selon Igor Popov, ce problème n’est pas récent, mais il persiste depuis des décennies : « Tout simplement, cette année difficile que fut 2020, avec la sécheresse et la pandémie, a montré à quel point ce système est pourri dans notre pays. Nous avons besoin d’institutions qui fonctionnent. Les agriculteurs ont des dettes : ils ont fait des emprunts, dans l’espoir que cette année sera plus favorable. Si leur espoir ne se réalise pas, une grande partie d’agriculteurs vont tout simplement faire faillite. C’est la réalité. Les agriculteurs sont devant un tournant. Nous espérons que ce sera une bonne année agricole ».

D’après une interview par Aliona Ciurca publiée sur https://www.zdg.md/stiri/cum-a-ajuns-un-agronom-de-la-ocnita-sa-ofere-gratuit-oamenilor-din-productia-sa-de-ceapa/

Le 4 avril 2021