Penser globalement, agir localement

1 vote

Récemment, à l’initiative de l’Association des Professeurs de Français de Moldavie et des professeurs de français du Collège National de Commerce, a été organisé une rencontre/conférence avec le Président de l’Association d’amitié franco-moldave « CERCLE MOLDAVIE », M. Jean-Jacques Combarel, un ami fidèle de notre pays, sponsor du Festival –Concours National de la Chanson Francophone « CHANTONS, AMIS ! »

Accueil, selon la tradition moldave, avec du pain et du sel
Accueil, selon la tradition moldave, avec du pain et du sel

La rencontre a eu lieu dans la Salle de lecture PAUL BRAN de la Bibliothèque de l’Académie des Sciences Economiques, réunissant des élèves du Collège de Commerce et un petit groupe d’élèves du Centre d’Excellence en Informatique, y compris Alina Samanati, gagnante de la XV-ième édition du Festival « CHANTONS, AMIS ! ».

Le slogan de cette rencontre a été : « Penser globalement et agir localement ». Nous avons parlé des problèmes des jeunes, du rôle et de la nécessité de l’apprentissage des langues étrangères à l’époque actuelle, de l’avenir de la jeunesse, de notre pays, de notre Planète. Ce n’est pas le premier entretien avec M. J.J. Combarel, mais chaque fois les élèves l’écoutent avec un grand intérêt et plaisir, avec beaucoup de curiosité. A la question de M. Combarel « Pourquoi étudiez-vous et aimez-vous le français ? », Alina Ciobanu, élève en III-ème année, a répondu :

«  J’aime le français depuis mon enfance et je voudrais lier ma vie, mon avenir à la langue française. J’étudie cette langue au collège, mais les heures réservées ne sont pas suffisantes pour l’apprentissage profond d’une langue étrangère. Alors, je me suis inscrite à l’Alliance Française de Moldavie où j’ai eu l’opportunité d’approfondir mes connaissances. En même temps, j’apprends cette belle et mélodieuse langue pour satisfaire ma curiosité intellectuelle, mes aspirations et pour continuer mes études à l’étranger, dans un pays francophone, car je voudrais obtenir des études de qualité et me construire un bel avenir.

Apprendre une langue étrangère implique beaucoup d’efforts, d’amour, de temps et le grand désir de savoir. Je ne peux pas dire que pour moi cela a été facile d’apprendre le français, mais, grâce à mon envie forte, ambition et travail intensif, j’ai réussi, parce que quand on veut réaliser quelque chose dans la vie, il faut beaucoup lire, s’informer, agir.

Maintenant, je peux exprimer mes pensées devant un public, je peux créer, faire une analyse et je suis prête à passer mon BAC.

En conclusion, je veux dire que la francophonie m’a donné des ailes, m’a fait suivre mes rêves et m’a encouragée de ne pas perdre l’espoir et la confiance en moi-même ».

Et voilà ce que Marina Rotaru a répondu à la même question :

« Chaque langue est unique et spéciale, mais moi, je préfère le français, parce que c’est la langue d’une civilisation particulière, avec une riche culture. C’est une langue douce à l’oreille, c’est la langue de l’amour, des sentiments. Anatole France a bien dit « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, si noble, si sage, si touchante, si voluptueuse qu’on l’aime de toute son âme, et qu’on n’est jamais tenté de lui être infidèle ».

J’aime cette langue et je l’apprends afin de pouvoir continuer mes études dans une des universités prestigieuses de l’Europe, lire les romans des auteurs français en original, communiquer avec des amis francophones . J’étudie le français pour faire une belle carrière, avoir un bon emploi, bien payé. Autrement dit, j’apprends le français pour réaliser mes projets d’avenir ».

A ce propos, M. Combarel a souligné que c’est très bien de faire des études dans des universités prestigieuses, c’est excellent - on acquiert des connaissances profondes, on obtient de nouvelles expériences, on développe les compétences professionnelles. Mais, après avoir fait des études de qualité, il est important de revenir dans son pays natal et contribuer au développement et à la prospérité de sa patrie, de la faire progresser, embellir, d’appliquer les connaissances acquises dans les universités, à l’étranger, car l’avenir de chaque pays est dans les mains des jeunes. Cela veut dire - « Penser globalement et agir localement ».

La discussion a été plusieurs fois interrompue par de belles surprises - la gagnante du Festival « CHANTONS, AMIS ! », Daniela Bejan, actuellement élève au Collège National de Commerce, une jeune fille très talentueuse, a chanté « Sur le ciel de Paris », Alina Samanati, élève au Centre d’Excellence en Informatique, nous a enchantés par la chanson « Mademoiselle chante le blues », qui lui a remporté le Grand Prix du Festival et un séjour en France. Le billet d’avion lui sera offert par l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Moldavie, le séjour en France sera pris en charge par l’Association « Cercle Moldavie », dont le Président est M. Jean-Jacques Combarel.

Nous avons profité de la présence de M. Combarel en Moldavie pour qu’il remette le diplôme et un livre à Irina Rodideal qui vient de gagner le Concours de nouvelles « Belgique romane », organisé par l’Association des Professeurs de Français de Belgique.

Plusieurs personnes ont posé diverses questions, parmi eux Vitalina Pislaru, Mme Maria Bejan, professeur de français.

A la fin de notre réunion, tout le monde a remercié M. Combarel pour avoir accepté notre invitation. Alina Samanati, la gagnante du séjour en France, a adressé personnellement ses remerciements anticipés pour ce voyage en France, qui, elle l’espère bien, sera inoubliable.

Moi, en tant que fondatrice et organisatrice du Festival « Chantons, amis ! », j’ai remercié M. Combarel pour sa générosité, pour l’attitude, pour l’humanisme profond manifesté envers la jeune génération, envers la culture moldave, les jeunes talents, l’avenir de la Francophonie dans notre pays.

Je voudrais également remercier à tous les partenaires et à tous les professeurs de français et d’éducation musicale qui ont énormément contribué à la réalisation du Festival-Concours National de la Chanson francophone « CHANTONS, AMIS ! », un événement si important pour la communauté francophone de notre pays.

A la fin de cet événement, en signe de profonde reconnaissance, nous avons remis à M. Combarel le diplôme et la médaille, en tant que sponsor du Festival. En plus, en signe de remerciement pour tout ce qu’il a fait pour les enfants talentueux moldaves et pour les enseignants de notre pays, je lui ai consacré une chanson sur les airs de la célèbre mélodie « Belle » :

Remerciements à M Combarel

Svetlana Manuil,

Ex-Présidente de l’APFM,

Fondatrice et organisatrice du Festival « CHANTONS, AMIS ! »

Documents à télécharger