POURQUOI INVESTIR EN MOLDAVIE ?

0 vote

La Chambre de Commerce et d’Industrie France-Moldavie nous explique pourquoi serait-il intéressant d’investir en Moldavie.

Les investissements étrangers sont encouragés notamment par la situation géographique du pays (à deux jours de camion de la France, par exemple, et à 440 kilomètres de Bucarest), le rapprochement européen du pays, une ressource humaine bien formée, travailleuse et souvent multilingue – nombreux francophones et anglophones - un coût de main d’œuvre très attractif (salaire moyen mensuel : 220€ en Moldavie/ 451€ en Bulgarie/576€ en Roumanie) et par des mesures gouvernementales spécifiques en faveur des investisseurs étrangers, sur le plan fiscal et économique.

info document - JPEG - 25.3 ko

De plus, une volonté manifeste des autorités d’accueillir de nouveaux investisseurs étrangers et une présence économique française structurée, ouvrent de larges possibilités aux entreprises étrangères, en particulier françaises, et offrent de nouvelles opportunités.

Le lancement annoncé en 2018 de négociations pour la signature d’une nouvelle convention fiscale entre la France et la Moldavie favorisera à nouveau l’arrivée des investisseurs français.

La Moldavie a aussi l’une des charges fiscales la plus basse dans la région. Le taux d’impôt sur les revenus des particuliers s’étale de 7 à 18% (16% en Roumanie, 32% en Pologne). Le taux général d’impôt sur les sociétés est de 12 % (16% en Roumanie, 19% en Pologne), avec des taux réduits (7% pour les entreprises agricoles, 6% sur les zones économiques libres, 3% sur le Port International Libre de Giurgiulești). Les taux de la sécurité sociale sont de 6% pour l’employé et de 23% pour l’employeur.

Le taux de l’assurance santé est de 4,5% pour l’employé et pour l’employeur. Le taux standard de la TVA est de 20%, de 8% - pour les produits pharmaceutiques et de 0% - pour les transports internationaux. Des avantages fiscaux spécifiques sont accordés au secteur IT. La Moldavie ayant conclu de nombreux accords de libre-échange (avec 43 pays en 2018), ceci permettant également de multiplier la capacité d’échanges, entre l’Europe et l’Asie notamment.

Les secteurs porteurs

Les opportunités d’investissements et d’échanges commerciaux concernent quasiment tous les secteurs économiques :

  • Conception, construction équipement et gestion d’infrastructures publiques
  • Gestion de services de base à la population
  • Investissements et sous-traitance IT, centres d’appels et back-office
  • Sous-traitance textile et industrielle
  • Investissements industriels (sous-traitance automobile ou aéronautique)
  • Commercialisation d’équipements de santé et de produits pharmaceutiques
  • Commercialisation de biens de consommation
  • Commercialisation de machines, équipements et fournitures agricoles et viticoles
  • Grande distribution et distribution spécialisée
  • Hôtellerie et restauration, commerce de détail
  • Franchises
  • Investissements dans les domaines de l’agriculture et de la viticulture, etc.
  • Énergies renouvelables.

Les autorités moldaves affichent également leur volonté de poursuivre un programme de privatisations (télécommunications, compagnie aérienne) qui sont susceptibles d’ouvrir des opportunités. Il conviendra néanmoins d’attendre les élections fin 2018 pour savoir si ces programmes de privatisation seront réellement engagés.

Les bailleurs de fonds internationaux soutiennent et financent de nombreux programmes dans le domaine de la construction, de l’entretien ou de la réhabilitation des grandes infrastructures et de l’amélioration de l’offre des services de base à la population. Ces financements offrent de nombreuses opportunités aux entreprises françaises. Les autorités moldaves appellent d’ailleurs à l’arrivée de la concurrence internationale.

Source : http://www.ccifm.md/

Le 5 juin 2018