Les Moldaves souhaitent bonne fête à la France

3 votes

A l’occasion de la fête nationale de la France, nous avons cueilli les vœux de plusieurs Moldaves francophones et francophiles.

Oxana CĂPĂȚÎNĂ
Oxana CĂPĂȚÎNĂ

Oxana CĂPĂȚÎNĂ, enseignante, responsable des relations internationales, Département de Linguistique romane et Communication interculturelle, Faculté des Langues et Littératures Étrangères, Université d’État de Moldavie : « Pour moi, professeur universitaire, apprendre une langue, c’est forcément s’imprégner de cultures différentes. Mes étudiants identifient des éléments culturels associés à la langue française pendant les cours, mais aussi au fil de leurs expériences d’immersion, assez fréquentes les derniers temps (mobilités interuniversitaires, stages professionnels en France).

En tant que linguiste, j’étudie les bénéfices cognitifs et émotionnels de l’apprentissage du français. Et parmi ces bénéfices, il y en a un qui ne va pas forcément de soi : cela améliore notre tolérance. La France a été depuis toujours un exemple de pays où les libertés de l’homme étaient respectées et les différentes forma mentis tolérées. Les multiples vagues d’immigration ont marqué la culture française, chacune à sa façon. C’est un enrichissement réciproque et un apprentissage par les différences.

En classe de français, mes étudiants apprennent à aborder ce phénomène de deux façons. Tout d’abord, cet apprentissage permet d’ouvrir les yeux sur d’autres façons de faire, ce qu’on nomme « compétence culturelle ». L’autre gain lié à cet apprentissage est en rapport avec l’aisance plus ou moins grande à se retrouver dans une situation peu familière, que l’on nomme « tolérance à l’ambiguïté ».

Les étudiants identifient alors les différences et les ressemblances entre la culture roumaine et celle française, mettant en pratique leur esprit de découverte : « On a finalement constaté que ce qui nous rapproche des habitants de cette région française (la Bourgogne), c’est la beauté des paysages, la bienveillance et l’hospitalité avec laquelle nous avons été accueillies. Nous avons identifié des ressemblances entre la Bourgogne et la Moldavie : un paysage à collines et vallées, des pentes couvertes de vignobles et, bien sûr, ce goût exquis pour le bon vin. » (Iulia Miaun, Olga Vrabie, Cristina Fusu).

Ou encore : ‘’Toutefois, les Arbanais n’étaient pas les seuls à découvrir un pays (la Moldavie). Après avoir entrepris, à mon tour, la découverte de la France – Lyon, Arbent, Bourg en Bresse, un séjour captivant de 7 jours à Paris m’attendant encore, c’était mon tour de m’initier à la fameuse cuisine française. De l’ail, du beurre, du persil et… des grenouilles ! Tous les ingrédients bien cuits - pour les Moldaves c’est un plat étrange -, mais après le merveilleux repas dans une bonne compagnie, je peux le dire franchement – c’est très-très bon ! Je continue à découvrir la France et ses spécialités, mais Arbent va rester toujours pour moi le lieu où j’ai commencé mon périple culturel, dans ce pays riche en histoire, culture et gastronomie’’. (Nina Simileac).

Le français est de même, pour mes étudiants, un repère culturel et identitaire (langue d’origine latine). De cette façon, on apprend par les cultures les plus grandes, car une non égalité des cultures pourrait s’imposer à chaque pas et les petites cultures seraient alors ignorées. Alors, par le français, les étudiants moldaves découvrent des voies d’accès à la culture européenne et mondiale ».

Maria Caprian
Maria Caprian

Maria Caprian, dirigeante d’une société française de drones  : « La France et moi c’est une longue et belle histoire qui a commencé quand je n’avais que 9 ans, lors de ma première leçon de français.

Ma belle et extraordinaire professeure de français m’a transmis l’amour pour cette belle langue à travers laquelle j’avais voyagé dans le temps, dans l’histoire de la France.

Plus tard, je rêvais de venir visiter ce magnifique pays. Et ce fut ainsi. Je suis venue et j’y suis restée.

Je suis également Française et fière et honorée de l’être.

Belle fête, ma belle France ! »

Svetlana Manuil, ancienne Présidente de l’Association des Professeurs de Français de Moldavie :

Svetlana Manuil
Svetlana Manuil
La France et la Moldavie
Sont deux beaux pays
Qui ont à l’origine
De profondes racines :
Premièrement - la langue latine.
Nous avons des tangences historiques,
Culturelles et linguistiques,
Nous avons des personnalités marquantes
Qui nos peuples représentent
Tristan Tara et Elena Vacarescu,
Emil Cioran et Eugene Ionesco
Vintila Horia et George Enescu ,
Panait Istrati et Marta Bibescu…
Bonne fête, la France ! »
Natalia Nuța-Toma
Natalia Nuța-Toma

Natalia Nuța-Toma, professeur de français au lycée de Mereni : « Pour moi, la France est une éternelle source d’inspiration, un exemple d’élégance, de noblesse, de charme, de développement et de progrès. La France est un sourire - le sourire du soleil qui veille sur les bateaux silencieux de la Seine. Un sourire que je tâche de transmettre chaque jour à mes élèves pour les faire aimer la langue de mon âme - la langue française - et la culture la plus riche du monde - la culture française.

Vive la France - le plus beau royaume après celui du ciel ! »

Le 14 juillet 2019