Ion Lazarenco Tiron, le Moldave qui a surmonté le défi « Ocean’s Seven »

1 vote

Le 27 janvier, le Moldave Ion Lazarenco Tiron a traversé le détroit de Cook, en Nouvelle-Zélande, ayant ainsi fait face au défi « Ocean’s Seven ». Il est la huitième personne au monde à avoir surmonté ce défi destiné aux nageurs de longue distance qui consiste à traverser des détroits dont les eaux sont ouvertes à la nage. Vu les dangers de l’hypothermie, des requins et des tempêtes, ce défi est considéré comme plus difficile même que l’escalade du mont Everest. L’Irlandais Stephen Redmond a été le premier à parcourir les sept distances et notre compatriote est le huitième, étant aussi le seul à avoir réussi à la première tentative.

Ion Lazarenco a parcouru le détroit de Gibraltar (14 km) et la Manche (34 km) en 2014, le Canal du Nord (34 km) – en 2015, le canal Catalina (34 km) et Molokai (44 km) – en 2016, le canal de Tsugaru (20 km) – en 2017 et le détroit de Cook (26 km) – en 2018.

Ion habite maintenant en Irlande, mais il nage sous le drapeau de la Moldavie. Les entraînements et les voyages lui ont coûté des milliers d’euros, mais il ne regrette point les investissements faits. « Il faut au moins 3-4 heures d’entraînement par jour, différents exercices. Il faut s’entraîner dans de l’eau très froide. J’allais dans les montagnes où il y a des lacs gelés pour m’entraîner », raconte le nageur.

En général, c’est très difficile de nager dans les océans - à cause des vagues, des courants, de l’eau froide, de la variation de température, des méduses et … des requins.

La situation la plus dangereuse qu’il a dû affronter a été la rencontre avec un requin. Quand il nageait dans le canal de Catalina (situé dans l’océan Pacifique, au large des côtes californiennes), Ion Lazarenco Tiron a vu un requin blanc d’environ 10 mètres : « Il tournait autour de moi, tout près - le bras tendu, je l’aurais touché. Je le regardais flotter. Quand sa queue a passé près de moi, j’ai senti la propulsion de l’eau. Nager en compagnie d’un requin - c’est quelque chose d’extraordinaire ! Le requin était plus grand même que le bateau qui m’accompagnait ».

«  Avant de partir en Nouvelle-Zélande, je savais que ce détroit est très difficile, avec des courants d’eau venant de l’Antarctique. Cela a vraiment été très compliqué - quand nous avons atteint les îles de la côte sud, l’eau était très froide. Je ne sentais pas mes bras, mes pieds, rien. J’étais gelé  », explique Ion Lazarenco Tiron.

Le sportif a nagé 11 heures de suite. « On ne touche à rien, même pas au bateau, on te nourrit d’une bouteille lancée au bout d’une corde - du liquide contenant des glucides. J’ai fini la nage pendant nuit, des méduses m’avaient piqué, mais je n’avais rien senti, car j’étais très gelé ».

En 2009, Ion Lazarenco Tiron a lancé une action caritative - « Le Dniestr unit la Moldavie » - censée restaurer la confiance entre les deux rives du Dniestr et collecter des fonds pour des orphelins qui pratiquent la natation, mais n’ont pas de soutien financier. Inspiré par les célèbres nageurs en eau libre - David Walliams et Neib Ben Messaoud Belhedi, le sportif moldave a nagé tout au long du fleuve le Dniestr - 240 km en 8 jours.

Le 7 novembre 2014, il a représenté la Moldavie et l’Irlande à « La nage de la paix », en Tunisie, organisée par le célèbre nageur et ambassadeur de la paix, Nejib Belhedi. Le 26 juillet 2015, Ion Lazarenco s’est classé V-ième au marathon de Zurich (26,7 km en 9 heures et 8 minutes).

Ses mérites ont été appréciés par le maire de Dublin. En 2015, il a remporté trois titres – « Personnalité de l’année », « Nageur de l’année » et « Nageur Leinster 2015".

Le 25 février 2018