Vasile Lavric, entraîneur au PSG, a fait ses premières passes en Moldavie

0 vote

Arrivé en France à l’âge de 16 ans, ne sachant dire que « bonjour » en français, il est maintenant entraîneur au sein du club de football le plus fameux du pays – c’est l’histoire de Vasile Lavric, un jeune moldave passionné de foot.

A l’âge de 16 ans, Vasile a décidé de quitter la Moldavie pour rejoindre ses parents qui travaillaient en France. L’adaptation n’a pas été facile : « Je voulais rentrer en Moldavie. J’ai grandi à la campagne et j’avais l’habitude de jouer au foot tous les soirs, avec mes copains. En France, à cause des barrières linguistiques et culturelles, l’interaction me manquait. Mais tout a changé quand j’ai commencé à apprendre le français », se souvient Vasile.

L’adaptation à la vie en France

Le plus grand défi pour Vasile était de parler français. Tout au début, il préférait ne pas sortir et passait beaucoup de temps à apprendre le français. Il regrettait d’avoir raté beaucoup de leçons de français quand il était élève en Moldavie et c’était d’ailleurs à cause du foot. « J’aime le foot depuis le plus bas âge. J’étais souvent en retard aux cours, parce qu’on jouait au football pendant les pauses. Parfois, je manquais des leçons en faveur du foot. Quand je suis arrivé en France, je ne savais dire que « bonjour » en français. Ce fut il y a longtemps, en 2007. Maintenant, il m’est plus facile de parler français, que roumain ».

12 ans après, Vasile parle six langues. « Je parle russe, parce que je l’ai appris à l’école, ici j’ai appris le français, je pensais faire des études aux USA, donc, j’ai appris l’anglais, j’ai fait un échange universitaire au Portugal et j’ai donc appris le portugais, après quoi j’ai commencé à apprendre l’espagnol, car il ressemble beaucoup au portugais ».

Entraîneur en 12e

Ayant appris le français, il a finalement pu réaliser son désir de reprendre les entraînements de foot. Vasile est un jeune très déterminé - dès le lycée, il a choisi son futur métier d’entraîneur de football. En 12e , il est devenu entraîneur d’une équipe régionale. « Dès le début de ma carrière, j’ai eu la chance d’avoir des disciples très motivés et ce fut un bon point de départ pour moi. D’autre part, c’est autant intéressant que difficile de travailler avec de tels enfants. Ceux qui ont de grands objectifs sont toujours très exigeants à l’égard de leur entraîneur, tout comme leurs parents ».

« J’ai réussi, parce que j’étais fort motivé »

Vasile a fait des études à l’Université Paris 13, puis un master à l’Université Paris-Est Créteil et, entre temps, deux autres équipes se sont été ajoutées à son CV.

À l’université, il avait un programme très chargé. Lors d’un semestre, il devait apprendre et pratiquer cinq sports différents, ce qui était vraiment difficile. En plus, il était entraîneur de trois équipes à la fois. Du matin au soir, il combinait les cours de psychologie, anatomie, biologie, etc. avec ce qu’il aime le plus - le football. « J’étais tout le temps pressé, occupé, mais j’ai fait face. J’ai réussi, parce que j’étais fort motivé ».

Bien que travailler pour le club de foot le plus fameux de France soit plutôt un rêve pour beaucoup de jeunes hommes, Vasile n’était pas prêt à accepter la proposition de la part de PSG. « Quand je suis allé à l’interview au PSG, j’étais le deuxième entraîneur dans un autre club. L’interview avait plusieurs étapes et, avant l’étape finale, j’ai été promu dans mon club. Finalement, j’ai trouvé un compromis avec PSG et j’ai été embauché  ».

Vasile reconnaît que son programme est très chargé. Cependant, grâce à cela, il a pu apprendre beaucoup de choses. « C’est un travail intense dans un milieu très exigeant - des joueurs de très haut niveau et des exigences toujours élevées. Dans ces conditions, on n’a pas le temps de se laisser fatiguer. PSG exige un jeu de qualité de la part des enfants pour avoir de bons résultats  ».

L’année dernière, Vasile a entraîné deux équipes au PSG - U13 et U17. Cette année-ci, il entraîne des enfants, U7 et U8. Parmi ses disciples, les enfants de Keylor Navas et Thiago Silva. Il est aussi l’entraîneur d’une équipe de seniors de la cinquième division de France.

« Mon objectif est d’apprendre le plus possible et de devenir un meilleur entraîneur »

En ce qui concerne les projets d’avenir, Vasile n’a pas d’objectifs liés à certaines équipes ou joueurs. « Mon objectif est d’apprendre le plus possible et de devenir un meilleur entraîneur, puis j’aurai sans doute l’équipe que je mérite. C’est ce que j’ai appris à l’université : on a l’équipe qu’on mérite. C’est ma philosophie.

Dans le football, on ne signe pas de contrats pour une durée indéterminée. Les choses évoluent, nous devenons meilleurs. En 2007, alors que je ne savais deux mots en français, je ne pouvais même pas imaginer que je deviendrais un jour entraîneur au PSG  ».

D’après un article publié sur https://diez.md/2020/12/06/cand-am-ajuns-in-franta-stiam-sa-zic-doar-bonjour-acum-cunosc-sase-limbi-descopera-l-pe-vasile-lavric-unicul-antrenor-moldovean-de-la-paris-saint-germain/?fbclid=IwAR1fXacfSoDQzsr_hJPoFHMmcXO4jp2o-ulykWX90nSVUhZYYnTksFjcDQ4

Le 22 décembre 2020