Solidarité Eau Europe : une approche locale, multi-acteurs dans le bassin de la Nîrnova, en Moldavie

0 vote

Qui sommes-nous ?

Solidarité Eau Europe (SEE) est une ONG basée à Strasbourg, fondée en 1998 dans le cadre des activités développées par le Conseil de l’Europe en matière de protection et gestion des ressources en eau. Solidarité Eau Europe s’est donnée pour mission de répondre aux problèmes de l’eau qui se posaient de façon cruciale dans tous les pays de la « Grande Europe »* et, tout particulièrement, dans les pays d’Europe centrale et orientale où l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous était inégal et souvent rare. Et, parce que les enjeux associés à l’eau dépendent de valeurs essentielles, telles que les droits humains, la solidarité, la démocratie, l’équité, la durabilité, la gouvernance, la paix…

SEE a délibérément lié ses actions en faveur de l’approvisionnement et du traitement de l’eau à la promotion de la citoyenneté active et responsable, et de la gouvernance démocratique et participative. Le Secrétariat International de l’Eau, basé à Montréal, a participé à la création de SEE et, aujourd’hui, les deux organisations « sœurs » font partie d’un seul mouvement – SIE-SEE - et mettent leurs énergies en commun pour défendre la cause de l’eau dans le monde.

Comment agissons-nous ?

L’engagement citoyen de SEE consiste à mobiliser par différents moyens la société civile dans toutes ses composantes (citoyens, usagers, organisations non gouvernementales, professionnels de l’eau, jeunes) et à solliciter les acteurs institutionnels à tous les niveaux (internationaux et européens, gouvernementaux, parlementaires, élus locaux) en faveur de la cause de l’eau et, par-delà, des populations les plus démunies. Cette mobilisation prend la forme d’actions concrètes sur le terrain, de campagnes de sensibilisation du public, d’actions de plaidoyer et de lobby à l’échelle locale, nationale et internationale, de projets structurés visant l’information, la formation et la participation de différents groupes de la société civile, avec une priorité pour les jeunes. Ces mobilisations aux enjeux liés à l’eau prennent la forme de dialogues et d’échanges entre la société civile et les acteurs institutionnels. Ils contribuent à mettre en place la gouvernance démocratique de l’eau. En suscitant l’adhésion de tous les acteurs d’un même projet (élus, société civile, institutions), nous assurons la pérennité et le succès de l’entreprise. C’est dans cet esprit que se développe actuellement notre mission en Moldavie où nous nous engageons pour faciliter et contribuer à assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement des villages situés dans le bassin de la rivière Nîrnova.

Quelle est notre action en Moldavie ?

SEE est présente en Moldavie depuis 2006 et y a mené plusieurs activités dont la plus récente a été la construction de blocs sanitaires et de toilettes écologiques ECOSAN dans les écoles de 3 villages situés dans le bassin de la Nîrnova. Le projet actuellement en cours est né de la volonté de ne pas de se limiter à des actions ponctuelles de réalisation d’ouvrages, mais d’aider à mettre en place une véritable maîtrise d’ouvrage associant, en amont, les nombreux acteurs locaux de l’eau et l’État et en mettant en place des outils de gouvernance pouvant assurer la pérennisation de la gestion locale de l’eau et de l’assainissement et garantir la qualité de la ressource en eau dans la durée.

Le projet porté par SEE aspire à assurer et à améliorer durablement l’accès à l’eau et à l’assainissement dans les communes de la vallée de la Nîrnova en Moldavie.

Se concentrant sur les 31 villages du bassin de la Nîrnova, répartis dans deux districts : Nisporeni et Hincesti, le projet s’articule autour de trois objectifs, à savoir :

1. Développer des infrastructures permettant d’améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, identifiées grâce au diagnostic technique du territoire ;

2. Inscrire le développement de ces infrastructures dans une démarche territoriale de bassin par la définition d’un projet d’organisation de la gouvernance et des orientations d’aménagements hydrauliques ;

3. Formuler, à l’issue du projet, un programme global hydraulique cohérent sur le bassin.

Axe 1 : Développement d’infrastructures

Au regard des propositions issues du diagnostic technique et institutionnel réalisé lors de la première phase du projet, ainsi que des échanges ayant eu lieu à l’occasion de la première Plateforme des maires à Strasbourg en mars 2018, il s’agit pour SEE de développer plusieurs actions concrètes, réalisables sur le terrain. Ces actions couvrent les enjeux dans leur globalité et conduiront à des résultats complémentaires dans les lieux où elles se situeront :

  • Mise en place de mesures de protection des points de captages dans les districts d’Hincesti et de Nisporeni ;
  • Mise en place d’un projet de consommation d’eau maitrisée dans le village de Cateleni ;
  • Mise en place d’une station d’épuration à filtres plantés de roseaux dans le village de Nemteni.

Les technologies utilisées pour ces infrastructures seront appropriées aux réalités locales et toujours utilisées dans une démarche de protection environnementale.

Axe 2 : Bonne gouvernance

Pour assurer la durabilité et l’appropriation du projet par les bénéficiaires, la mise en place d’infrastructures dans les villages doit être couplée au développement d’un système de gestion et de gouvernance efficace et adapté. L’objectif final est de mettre en place une intercommunalité de fait par la création d’une association, regroupant les maires des villages du bassin, capable de se poser en futur maître d’ouvrage. Dans le même temps, SEE lancera avec ses partenaires une réflexion concernant l’opérateur chargé de fournir les services d’Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement (AEPA) aux communes du bassin. Une réforme structurelle étant actuellement en cours en Moldavie, il s’agira de définir l’articulation la plus correcte entre l’opérateur technique et l’association de communes disposant de l’autorité politique. En parallèle, le diagnostic institutionnel ayant permis de poser le cadre des politiques sectorielles moldaves en vigueur dans le secteur AEPA, le projet s’assurera d’avoir le soutien des acteurs institutionnels locaux et nationaux, afin de s’inscrire dans la lignée des politiques de développement moldaves.

Axe 3 : Capitalisation

En parallèle à ces actions de renforcement de capacités et de mise en place d’infrastructures, il s’agira de formuler, en étroit partenariat avec les acteurs impliqués, un programme hydraulique plus global s’étendant sur l’ensemble du bassin de la Nîrnova et qui devrait mobiliser des moyens plus ambitieux. S’appuyant sur l’Association des maires du bassin, il servira de programme pilote en Moldavie et sera « réplicable » dans son approche et ses méthodes sur d’autres bassins. Il visera aussi à inspirer les politiques de l’eau en Moldavie, à travers une approche itérative entre la définition par l’État de la politique de l’eau et la mise en œuvre concrète par les élus sur le bassin de la Nîrnova.

Notre approche en Moldavie se veut donc locale, multi-acteurs et pensée sur le long terme ; SEE continuera de créer des partenariats et d’impliquer les acteurs des communautés locales dans son action pour un meilleur accès à l’eau potable et à l’assainissement sur le bassin.

Pour en savoir davantage sur le SEE et ses activités en Moldavie, consultez notre site web : https://www.sie-see.org/fr/

* Est appelée « Grande Europe » l’Europe du Conseil de l’Europe dont sont membres 47 pays européens, y compris la Moldavie.

Le 16 février 2019