« Le Pont des Fleurs » et des espoirs brisés

0 vote

Le 6 mai 1990, des milliers de Roumains des deux rives du Prut ont pu se voir après des décennies de séparation. Ils ont pu traverser la frontière sans aucun papier et plusieurs familles se sont réunies pour quelques heures. L’événement, qui semblait un miracle à l’époque, est connu comme « Le Pont des fleurs ».

À une distance de 30 ans, les époux Murzac se souviennent des espoirs qu’ils avaient à l’époque qui, trois décennies après, ne se sont pas réalisés.

« Il faut le dire - à cette époque-là, la Moldavie faisait toujours partie de l’Union Soviétique. La Roumanie avait vécu un événement historique que nous avions suivi de près à la télé - la Révolution de 1989 qui a supprimé la dictature de Ceausescu. En fait, au début des années 1990, il y avait une ouverture de la Roumanie vers les Roumains de l’étranger. Le « Pont des Fleurs » a été conçu comme un symbole de la fraternité et du rapprochement entre les gens de la même culture, qui partageaient la même histoire et faisaient partie de la même nation », raconte Gheorghe Murzac.

« Notre voyage a été organisé par le Front Populaire. Aux bords du Prut, il y avait beaucoup de monde, certains portaient des costumes nationaux. Beaucoup de fleurs ! Ce fut un événement extraordinaire, avec des chants patriotiques, des danses, des rencontres. Ce fut, je dirais, comme une grande assemblée nationale », ajoute Elena Murzac.

Beaucoup ont retrouvé leurs parents après des décennies de séparation.

« En ce qui nous concerne, nous n’avions pas de parents en Roumanie, mais c’était très touchant de connaître nos frères de l’autre côté du Prut, de leur parler, de faire ensemble des projets d’avenir. Eux, ils étaient après les événements de ‘89, quant à nous, nous étions en plein mouvement de renaissance nationale – on luttait pour la langue, l’alphabet, la grande assemblée nationale avait eu lieu. Des personnalités notoires étaient présentes - des écrivains, des poètes, des chanteurs », se souvient Gheorghe Murzac.

Symboliquement, les participants ont jeté des fleurs sur l’eau du Prut, d’où le nom de l’événement – « Le Pont des Fleurs ». « C’était vraiment très émouvant ! Tout le monde jetait des fleurs. On ne voyait pratiquement pas l’eau de la rivière sous les fleurs », raconte Elena.

« On était très heureux et on croyait que c’était le premier pas vers une ouverture totale à la Roumanie. Nous rêvions que la frontière disparaisse pour toujours  », dit Gheorghe Murzac.

Maintenant, 30 ans après, les époux Murzac ont les mêmes espoirs.

«  Malheureusement, nos espoirs ne se sont pas réalisés alors, ni plus tard, en ‘91, lorsque l’indépendance de la Moldavie a été déclarée. Or, nous attendions une nouvelle étape, la réunification des territoires. 30 ans après, on continue à attendre ce moment. Viendra-t-il jamais ?…  », se demande Gheorghe Murzac.


D’après un article publié sur https://agora.md/stiri/70750/30-de-ani-de-la-podul-de-flori-familia-murzac-despre-sperantele-spulberate-visam-ca-dispare-hotarul-video

Le 6 mai 2020