L’histoire de Tatiana Zemba, la Moldave responsable des relations publiques à Radio Nice

0 vote

Tatiana Zemba est responsable du service des relations publiques à Radio Nice. Elle est également présidente de l’association « Molda-Vita » qui compte environ 300 membres.

Tatiana est originaire de la ville moldave de Cimișlia. Depuis une décennie, elle habite Nice, avec son mari et leurs trois fils. Sa mère et sa belle-mère les ont rejoints et s’occupent de leurs petits-enfants.

Tatiana a quitté la Moldavie à l’âge de 25 ans. Elle est diplômée de la Faculté de journalisme et des sciences de la communication de l’Université d’Etat de Moldavie et détient un diplôme de master en communication publique de l’Université d’Etudes Européennes de Moldavie.

Soignante, ménagère, traductrice

Avec son mari, ils sont allés en Italie, où Tatiana gagnait sa vie en soignant des personnes âgées. Elle a travaillé aussi comme ménagère. « C’était très dur pour moi. Je pleurais tous les jours, mais je savais que ce travail, bien qu’honnête, n’était pas pour longtemps », se souvient Tatiana.

Suite à la proposition d’un couple de Moldaves, ils se sont ensuite installés à Nice où un autre mode de vie a commencé - Tatiana s’est fait embaucher dans une agence russe de traduction où elle traduisait italien-russe-italien. Tatiana parle français, italien et russe. Or, selon elle, parler russe est un fort atout en Côte d’Azur, vu que de nombreux millionnaires russes qui s’y sont installés cherchent des services, comme ceux de femme de ménage, bonne d’enfant, cuisinier, chauffeur, administrateur, gardien de yacht, etc. et ce fait convient aux Moldaves russophones qui cherchent un emploi.

Parallèlement, elle s’est inscrite à l’Université de Nice pour apprendre le français de manière approfondie. « Nous étions six Moldaves à l’Université », se souvient Tatiana que tout le monde appelle Titi, Titi Zemba.

Pourquoi « Titi » ?

Tatiana sourit quand on lui pose cette question une nouvelle fois. « Quand j’apprenais à l’école primaire, j’ai participé à un concours de musique en Roumanie. Une dame qui était membre du jury m’a demandé mon nom. Quand je l’ai prononcé, Tatiana, elle a m’a dit : « Tu n’es pas Russe pour être Tatiana, tu es un jolie Roumaine ! ». Depuis, ma professeure qui m’a accompagnée au concours m’appelle Titi », raconte émue Titi Zemba.

« Nous avons compris que nous sommes une force »

Tatiana rentre en Moldavie au mois une fois par an, pour visiter la tombe de son père. Elle organise de nombreuses actions de charité à destination de la Moldavie.

Les fils de Tatiana préparent des cadeaux à la rentrée pour les enfants de Moldavie
Les fils de Tatiana préparent des cadeaux à la rentrée pour les enfants de Moldavie

L’an dernier, elle a visité plusieurs lycées de Cimișlia et de Chișinău pour inviter les étudiants à s’inscrire aux universités de France. « Cette année-ci, 15 étudiants de Moldavie font leurs études à l’Université Côte d’Azur de Nice. Ils sont tous très bons ! », dit la journaliste avec fierté.

Tatiana Zemba soutient ces compatriotes qui viennent à Nice – elle les aide surtout dans les démarches administratives. Pendant la pandémie, elle a été l’une des organisatrices des vols charter pour les Moldaves qui souhaitaient rentrer chez eux.

Ensemble avec d’autres compatriotes, Tatiana a fondé en 2018 l’Association « Molda-Vita » censée aider la communauté moldave de Nice à s’intégrer dans la société française. L’association compte environ 300 membres. L’idée de fonder l’association leur est venue après les élections présidentielles de 2016 de Moldavie, lorsqu’environ mille Moldaves se sont rendus aux urnes. « Cela nous a fait penser que nous sommes une force », dit Tatiana.

« Toute étape de la vie a une fin »

Quelles qualités doit-on avoir pour pouvoir s’intégrer et avoir du succès dans un pays étranger ? « Il faut avoir du courage et de la confiance dans ses propres forces. J’ai travaillé comme soignante en Italie. C’est un travail honnête, mais très difficile. Cependant, toute étape de la vie a une fin », affirme Tatiana.

D’après un article de Victoria Popa publié sur https://gazetadechisinau.md/2020/09/13/tatiana-zemba-in-casa-vorbim-toti-romaneste-nimeni-nu-va-uita-limba-materna/

Le 13 septembre 2020