Lazăr Dubinovschi – « Léonard de Vinci » moldave

0 vote
Lazăr Dubinovschi
Lazăr Dubinovschi

Lazăr Dubinovschi est un remarquable artiste moldave qui a légué un héritage sculptural inestimable – le Théâtre d’opéra et de ballet, l’Allée des classiques, aux côtés d’un grand nombre de monuments qui marquent l’image de la capitale moldave.

Outre la sculpture qu’il aimait particulièrement, l’architecture et la peinture, il aimait aussi et était un très bon connaisseur en philosophie, de l’ethnographie, de l’opéra et le ballet. De son vivant déjà, il était considéré comme un classique. Pas du tout ordinaire, il était plutôt complexe et contradictoire. Dubinovschi excellait à découvrir la beauté dans toute sa splendeur.

Le futur génie est né en 1910, dans le village moldave d’Albineţ, dans une famille modeste d’enseignants. Il est diplômé de la fameuse Académie de Beaux-Arts de Bucarest. Au terme de ses études, le brillant diplômé a été envoyé à Paris, où il a eu la grande chance d’être le disciple d’Antoine Bourdelle, ami et élève du grand Rodin.

Rejetant de nombreuses offres avantageuses en Europe, Dubinovschi est rentré en 1930 dans sa patrie et s’installe à Bălți, mais après la guerre il déménage à Chişinău. La ville avait été presque complètement détruite pendant la guerre et avait fort besoin de bons architectes, sculpteurs et peintres.

Jusqu’en 1951, Lazăr Dubinovschi a été à la tête du Département d’Etat des Beaux-Arts et a développé, pour la capitale moldave, plusieurs projets importants, dont la très connue Allée des Classiques. Mais il a été soudainement convoqué à Moscou où il s’est vu confier la création d’une statue à Staline, qui a été placée sur le canal Volga-Don.

A son retour en Moldavie, une autre mission honorable l’attendait – créer la statue en bronze de Grigore Kotovskii, surnommé le « Robin Hood rouge », reconnue plus tard comme un des meilleurs monuments équestres d’Europe.

Les œuvres de Dubinovschi embellissent de nombreuses villes de l’ex-URSS, y compris le Musée Russe et la célèbre galerie Tretiakov. La créativité prolifique du sculpteur moldave est considérée comme un phénomène particulier. Quoiqu’il y ait aujourd’hui des voix disant que son œuvre est trop pathétique et idéologique, personne ne conteste que c’est de l’art de très grande qualité.

Lazăr Dubinovschi, étant un subtil et profond connaisseur de la littérature (il était capable de déclamer des heures entières des poésies de son poète préféré, Eminescu), a fondé, en 1957, l’Allée des Classiques de Chişinău. C’est Dubinovschi qui a créé les statues en bronze de Gheorghe Asachi, Constantin Negruzzi, Vasile Alecsandri et de Mihai Eminescu. A propos, lorsqu’il a créé la statue à Eminescu, le remarquable sculpteur n’a pas pu s’abstenir de commettre un acte de « hooliganisme » créateur.

Si l’on regarde attentivement le profil de cette statue, on décèle l’autoportrait de Dubinovschi lui-même. Et ce n’est pas l’unique message secret transmis par lui, dans le style de Léonard de Vinci.

L’énorme statue en granit à Lénine qui était érigée en plein centre de la capitale moldave, tout comme le monument à Marx et Engels sont aussi des travaux de Dubinovshi.

Le 26 janvier 2019