L’histoire d‘un Français qui a trouvé son bonheur dans un village moldave : « J’ai trouvé ici de la liberté et les vraies richesses »

4 votes

Il y a cinq ans, Fred a décidé de quitter la France pour s’installer en Moldavie. Le jeune homme de 33 ans a acheté une maison dans le village de Horodiște « au prix d’un iPhone d’occasion », comme il aime plaisanter. Fred voulait en fait se détacher du système de consumérisme et, dans ce sens, « la Moldavie est un paradis extrêmement sous-estimé », dit -il.

Il y a quatre ans, Fred a acheté une maison dans le village de Horodiște pour une somme modique de 500 euros. Au moment de l’achat, la maison était dans un état déplorable et Fred l’a rénovée et transformée en un coin de paradis.

«  Je veux voir toutes les saisons se succéder, vivre près de la nature, près des « vraies richesses ». Ici, j’ai gagné en termes de qualité de la vie, de liberté et de développement personnel, ne sacrifiant en échange qu’un confort matériel qui, finalement, est totalement inutile », raconte Fred.

Il a un jardin, un verger, du bétail, il fait son propre vin et même son propre fromage. Il a aussi des oies et il a l’intention d’élever des poules et des canards.

Fred, avec des amis, a ouvert une fromagerie à Horodiște

«  Nous achetons du lait dans le village, car ici il y a une vache ou des chèvres dans presque chaque cour. Puis, nous transformons le lait en fromage français. Nous vendons nos produits à Chisinau, dans la capitale moldave. Nous rémunérons une quinzaine de personnes. En plus, nous avons acheté des vaches pour des personnes démunies pour acheter ensuite le lait qu’ils produisent », raconte Fred.

À propos de son choix de rester en Moldavie

« J’ai parcouru toute la France pour découvrir d’autres « utopies ». J’ai vu des projets intéressants et des endroits merveilleux, mais c’était après ma première visite en Moldavie et j’avais déjà cette légère frustration qu’il est beaucoup plus difficile de vivre dans une localité rurale en France ; or, l’authenticité des paysans français s’est perdue avec le temps et il faut repartir de zéro. En plus, vu les coûts de la vie en France et les prix exagérés des terrains, on ne peut pas se permettre une vie à la campagne et on fait très peu pour encourager les gens qui veulent vivre au milieu de la nature.

D’autre part, ici, en Moldavie, vous pouvez restaurer une maison sans devoir emprunter de l’argent, avoir un jardin, du bétail, faire votre propre vin et vivre d’une fromagerie. Je doute que tout cela aurait été possible pour moi en France », constate Fred.

Il a de nombreux projets qu’il veut mettre en œuvre et son objectif est de se détacher du système de consumérisme, d’être complètement autonome et de pouvoir consommer 100% ses propres produits. Or, comme il le dit, « la Moldavie est un paradis extrêmement sous-estimé de ce point de vue ».

« A travers toute mon activité, je ne fais pas d’efforts pour réduire mon impact personnel sur l’environnement, car je le fais pour m’amuser et je m’amuse vraiment. Depuis que je suis en Moldavie, la qualité de ma vie a augmenté et j’ai plus de liberté. Ce que je fais a vraiment du sens », dit « le Français moldave ».

« C’est tellement passionnant de me réveiller le matin pour faire quelque chose non pas pour un salaire qui me permettrait de remplir mon frigo et de payer mon loyer, mais de faire ce qui résonne avec mes valeurs et mes convictions ».

D’après un article de Petru Beșleaga publié sur https://diez.md/2020/07/15/video-istoria-francezului-care-si-a-gasit-fericirea-intr-un-sat-din-moldova-aici-am-gasit-libertatea-si-adevaratele-bogatii/

Le 5 août 2020