Accueil du site > Moldavie touristique > Attractions touristiques > Vadul-lui-Voda, ville balnéaire de Moldavie

Vadul-lui-Voda, ville balnéaire de Moldavie

Version imprimable de cet article Version imprimable

« Notre air est comme dans les Alpes », affirment avec fierté les habitants de Vadul-lui-Voda. Les recherches ont confirmé qu’aux environs de cette ville la concentration de l’oxygène dans l’air est de 20% supérieure aux autres villes de l’Europe de l’Est, étant comparable à celle des Alpes.

Un village non loin de Chisinau...

Vadul-lui-Voda se trouve à une vingtaine de kilomètres de la capitale moldave, la ville de Chisinau. Son nom provient de Vadul (chenal), lui (du, possessif), Voda (prince régnant). La ville a une population de plus de 4 600 habitants. Il y a environ 40 ans, Vadul-lui-Voda était un village comme tous les autres. Aujourd’hui, Vadul-lui-Voda est la plus grande station balnéaire de Moldavie, le plus populaire centre loisirs.

Dans les chroniques de l’histoire, Vadul-lui-Voda fut pour la première fois mentionnée en 1432. Les soldats d’Etienne le Grand, dit-on, trouvèrent en pleine bataille un chenal qui leur permit de passer le Nistru et remporter une victoire spectaculaire sur les Turcs. La victoire fut célébrée aux bords du Nistru. C’est à l’époque que furent jetées les fondations de la localité connue aujourd’hui comme Vadul-lui-Voda. Le nom de la ville honore certainement le grand prince régnant.

En 1805, à Vadul-lui-Voda fut construite la première église en pierre. En 1855, la ville se fit connaître par une institution tout à fait exceptionnelle pour cette époque-là : un musée avec de rares vestiges. La fondatrice de ce musée, Natalia, était l’épouse du noble Sicară. Elle y rassembla des pièces paléontologiques uniques : des pierres avec des empreintes d’animaux, des plates très anciennes, des dalles avec des inscriptions égyptiennes, des vases antiques d’origine grecque et romaine. Plus tard, Ion Suruceanu, un noble adepte de l’illuminisme, transféra ces pièces au musée Pont Schivschi de Chisinau.

Un environnement privilégié

Selon le recensement de 1859, à Vadul-lui-Voda il n’y avait que 310 habitants. En 1862, fut construit le débarcadère et la ville entra dans le circuit fluvial sur le Nistru. En 1940, Vadul-lui-Voda comportait 87 ménages avec 984 habitants qui pratiquaient surtout l’agriculture, la pêche et le commerce. En effet, c’était une localité rurale traditionnelle avec une infrastructure et économie modestes.

Par ailleurs, elle avait le grand avantage d’être située dans un milieu naturel particulièrement pittoresque et favorable à la santé : la rivière, les collines et la forêt s’y marient parfaitement. La diversité de la faune et de la flore, la qualité de l’air et la pureté du milieu forment un site favorable au traitement de diverses maladies, raison pour laquelle on y a fait construire plusieurs établissements curatifs, très populaires dans l’ancienne URSS.

En 1968, Vadul-lui-Voda obtint le statut de localité urbaine et fut déclarée banlieue de la ville de Chisinau. Elle se développe par la suite en tant que zone de loisirs de la capitale, comprenant plus de 80 complexes de repos au total.

Un centre de repos apprécié

Leur apparition fit changer considérablement le mode de vie et les intérêts des gens de la région. Un important flux de personnes de toutes les républiques soviétiques, mais surtout de Russie, y arrivèrent et s’installèrent (maçons, médecins, infirmières, fonctionnaires, chauffeurs), malgré le fait que la Moldavie disposait de la main d’œuvre nécessaire. Par conséquent, plus de la moitié de la population de Vadul-lui-Voda est d’origine non-moldave.

Aujourd’hui, grâce au milieu naturel attirant, à la proximité géographique de la capitale, ainsi qu’à la variété de possibilités de passe-temps, Vadul-lui-Voda est le centre préféré de repos pour les habitants de la ville de Chisinau : on y peut se baigner dans le Nistru, manger dans un bon restaurant des plats de diverses cuisines, profiter des services prêtés par le club aéronautique (apprendre à conduire un aéroplane, faire des sauts en parachute), etc.

  • Lettre d’information

Archives des lettres d’informations





SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0