Accueil du site > Culture > Arts > Le théâtre a continuellement fait briller la flamme de leur (...)

Le théâtre a continuellement fait briller la flamme de leur vie

Version imprimable de cet article Version imprimable

Il existe à Chisinau une dynastie d’acteurs qui a toujours su susciter notre admiration. Le personnage le plus représentatif de cette grande famille est certainement Paulina Zavtoni, détentrice du titre d’artiste du peuple, qui, depuis 51 ans, a œuvré et continue de travailler au Théâtre « Luceafarul » de Chisinau. L’époux de l’actrice, le regretté acteur Spiru Haret, a joué à ses côtés dans plusieurs spectacles produits dans ce même théâtre. Leur fils, Constantin Haret, est directeur du théâtre dramatique russe „Anton Tchekhov“, tandis que sa femme, Alea Tuz-Haret, est actrice dans la même institution. La fille de Mme Zavtoni, Lucia, est professeur à l’Académie de Musique, Théâtre et Beaux-Arts, tandis que ses petits-enfants - Anatol, Dumitru et Danut - entreprennent à leur tour des études au Lycée de théâtre.

JPEG - 11.9 ko
Paulina Zavtoni et Spiru Haret

L’actrice qui a vaincu « la chaîne des faiblesses »

JPEG - 42.5 ko
Paulina Zavtoni

Paulina Zavotni est la seule actrice de la première génération d’acteurs du théâtre « Luceafarul » qui continue toujours à travailler dans ce théâtre. Le 26 octobre 2011, elle a atteint 70 ans. Comme elle aime souvent à le dire, elle a réussi à maintenir sa droiture, sa jeunesse et sa beauté grâce à son amour pour la vie et le théâtre. Née à Chisinau. Elle rêvait depuis son enfance de devenir actrice, mais sa mère, qui avait connu la famine, lui voyait davantage un avenir de cuisinière. Elle a toutefois commencé à prendre goût au théâtre sur les bancs de l’école. En cinquième, elle faisait la connaissance des futurs écrivains Victor Teleucă et Vasile Badiu, alors étudiants à l’Institut pédagogique et stagiaires à l’école secondaire où la jeune Paulina faisait ses études. Ensemble, ils ont monté le spectacle « La chaîne des faiblesses », de I. L. Caragiale.

Par la suite, elle a fréquenté un cercle de théâtre dirigé par la metteur en scène Nadejda Aroneţkaia. Le loisir s’est plus tard transformé en métier ; or, c’est le théâtre même qui l’a amenée au théâtre alors qu’elle était encore étudiante au Conservatoire d’Etat « G. Musicescu » de Chisinau. « Mme Aroneţkaia a été la personne qui m’a guidée, en me réservant des rôles importants au sein de la distribution dès mes débuts. Après avoir été incluse dans des spectacles mis en scène en tant qu’examens de fin d’études par les jeunes diplômés de l’Ecole théâtrale « Schioukin » de Moscou, tels que « Intrigue et Amour », « Fleurs des champs » ou « Costume de mariage », elle m’a offert le premier rôle du spectacle « Enfant de personne » de L. Maliuguine. Imaginez la fierté que je pouvais alors ressentir d’effectuer une telle prestation aux côtés d’acteurs diplômés de l’Ecole théâtrale « Schioukin » de Moscou », nous confie la remarquable actrice.

Tout au long de sa carrière, Paulina Zavtoni a joué plus de 100 rôles, parmi lesquels ceux de Luluţa (« Chirita dans la province » de V. Alecsandri) Fiokla Ivanovna (« Mariage » de N.V. Gogol), Natalia (« Les Trois Sœurs » de Anton Tchekhov), Lisette (« Le Jeu de l’Amour » de P. Marivaux), Eugenia (« Tango » de Mrozek), Lena (« Les Geais » de A. Kiriţescu), Zoé (« Une Lettre Perdue » de I. L. Caragiale), etc. Le théâtre lui a toujours permis de vivre sa vie avec passion et c’est pourquoi l’actrice continue aujourd’hui de se montrer si optimiste, encourageant les jeunes acteurs de son théâtre, tout comme ses étudiants de l’Académie de Théâtre, Musique et Beaux-Arts à découvrir les bienfaits de cet art. Au fil de sa carrière, Paulina est devenue l’actrice qui a complètement défait la chaîne des faiblesses.

Spiru Haret, l’étoile qui ne s’éteindra jamais

Né à Olăneşti, un village pittoresque sur les rives du Nistru, Spiru Haret ne souhaitait pas devenir acteur, contrairement à sa future épouse, Paulina Zavtoni. Durant sa scolarité, il aimait particulièrement les mathématiques et les sciences techniques. Il a même ensuite travaillé pendant un certain temps comme conducteur de tracteur. Après l’école, il est venu à Chisinau dans l’idée de poursuivre des études à la faculté de mathématiques. Son attention a cependant été attirée par une affiche annonçant le concours d’admission aux études à la faculté de théâtre du Conservatoire d’Etat. Aidé par la chance, il a su mettre en avant son talent et a passé les examens avec brio. Au théâtre « Luceafarul », le jeune acteur a débuté par le rôle de Leonas dans la pièce « Chirita dans la province », aux côtés de Luluţa, rôle alors interprété par Paulina Zavtoni, qui devint pour lui à la fois son compagnonne de vie et une fidèle partenaire scénique.

Ont suivi d’autres rôles mémorables dans des spectacles tels que "Souvenirs d’Enfance" de Ion Creanga (Ioan Mogorogea), « L’Enchanteur de Harlem" de V. Alecsandri (Titirez), « Les Trois Sœurs » de A. P. Tchekhov (A. Cebutykin), „Une Lettre Perdue” (Dandanache), etc. Spiru Haret a joué son dernier rôle en septembre 1999, deux mois avant sa mort. Il a interprété le majestueux Krutitski dans « Le Sage » de A. Ostrovski, dont la mise en scène avait été réalisée par Boris Focsa. L’acteur nous a quittés trop tôt. Mais son étoile continue de briller aujourd’hui encore au dessus de la scène du théâtre « Luceafarul ».

Constantin Haret ou Richard III

JPEG - 42.5 ko
Constantin Haret

Constantin Haret, fils du fameux couple d’acteurs et directeur du théâtre dramatique russe « A. P. Tchekhov », est né le 4 septembre 1969. Diplômé de l’école secondaire « Ion Creangă » de Chisinau en 1986, il a poursuivi des études de théâtre, mention comédie musicale, au conservatoire « G. Musicescu ». Le 4 septembre 1991, il a commencé sa carrière d’acteur au théâtre musical « Ginta Latină », puis en 1995, il intégrait le théâtre dramatique russe « A. P. Tchekhov ».

Tout au long de sa carrière, il a interprété une cinquantaine de rôles au théâtre et au cinéma. Cela lui a valu un certain nombre de prix, tels que la distinction municipale dans le domaine de la littérature et de l’art en 1999 ou le titre honorifique de « Maître de l’art » en 2004. En 2009, on lui a décerné la médaille « Mihai Eminescu » pour ses réalisations exceptionnelles dans le domaine de la création artistique.

En 2011, Constantin Haret a reçu le prix du meilleur rôle masculin dans la pièce « Richard III » de William Shakespeare. Le 26 octobre 2010, jour de l’anniversaire de sa mère, il a été nommé aux fonctions de directeur du Théâtre Dramatique Russe « A. P. Tchekhov ». Il est aujourd’hui maître de conférences à l’Académie de Musique, Théâtre et Beaux-Arts.

Constantin Haret s’est fait remarquer dans plusieurs rôles : Trufaldino dans la pièce « Serviteur de deux maîtres » de C. Goldoni, Mozart dans « Petites Tragédies » de A.S. Pouchkine, Edmund dans « Le Roi Lear » de W. Shakespeare, Ermolaï Lopakhin dans « La Cerisaie » de A. P. Tchekhov, etc.

Les 19 et 20 novembre 2011, au théâtre dramatique russe « A. P. Tchekhov » ont été présentées les premières du spectacle « Cœur de Chien » de M. Bulgakhov réalisé par Petru Hadârca. Constantin y interprétait le rôle de Charikhov. « C’est la première fois que notre théâtre présentait ce spectacle et celui-ci a remporté un énorme succès » nous a précisé Constantin Haret, qui continue avec déterminisme de faire vivre la dynastie Zavtoni-Haret, devenue aujourd’hui un temple de Melpomène.

JPEG - 47.5 ko
Paulina Zavtoni et ses petits-enfants

Article de Nicolae Roibu repris sur le site http://www.timpul.md

Traduit en français par Marrion Roussey.

  • Lettre d’information

Archives des lettres d’informations





SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0