Le Pont de Fleurs

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Pont de Fleurs est le nom de deux actions déroulées sur les bords du fleuve le Prut (qui sépare la Moldavie de la Roumanie) au début des années ’90 du XX-ième siècle. Lors de ces actions, la frontière entre la Roumanie et l’Union Soviétique a pu être, pour la première fois, franchie sans documents spéciaux.

Symboliquement, lors de ces événements-là, des fleurs avaient été lancées sur l’eau du Prut, fait qui a donné le nom de ces manifestations.

Après la chute du régime communiste de Bucarest, les associations culturelles de Roumanie ont établi des contacts avec des organisations similaires de République Soviétique Socialiste Moldave. Au début de l’an 1990, leurs relations s’étaient intensifiées et ont culminé par un événement d’ampleur – le Pont de Fleurs. Cette action a eu lieu à l’initiative du Front Populaire de Moldavie (une organisation qui était à l’avant-garde de la lutte pour la renaissance nationale), soutenue par les gouvernements de la République Soviétique Socialiste Moldave et de la Roumanie.

Le premier Pont de fleurs

Le premier Pont de fleurs a été „érigé” le 6 mai 1990. Ce jour-là, les Roumains ont eu le droit de traverser le Prut et de visiter la Moldavie (soviétique, à l’époque) à partir de 13h00 jusqu’à 19h00 sans passeport et visa.

Le 6 mai 1990, à 12h00 (heure de Bucarest), les églises de Moldavie et de Roumanie ont célébré un Te Deum pour la paix et le calme de l’âme.

A 13h00, est entré en vigueur l’Accord entre l’URSS et la Roumanie sur le passage simplifié de la frontière d’état qui a expiré à 19h00 de ce jour même.Le long de la frontière moldavo-roumaine de 700 km ont été ouverts huit postes de passage : Miorcani – Pererita, Stânca – Costeşti, Iaşi – Sculeni, Ungheni – Pod Ungheni, Albiţa – Leuşeni, Fălciu – Ţiganca, Oancea – Cahul et Galaţi – Giurgiuleşti.

On estime qu’environ un million et deux cent mille personnes ont pris part au premier Pont de fleurs. « Des dizaines de milles de Roumains de tous les deux rives du Prut coulaient comme un fleuve. Les Roumains furent les premiers à entrer en Union Soviétique sans permis spécial”, avait déclaré le ministre moldave de la culture de l’époque, Ion Ungureanu.

Sur la rive moldave du Prut, les Roumains étaient attendus dans une atmosphère de fête – avec de la musique, des plats traditionnels et du vin. A leur tour, les Roumains offraient aux Moldaves des livres en roumain, des dictionnaires et des manuels scolaires. En plus, presque chaque participant à cette action avait des fleurs dans ses mains.

Vers le soir, quand les Roumains devaient rentrer dans leur pays, ils se séparaient des Moldaves avec des embrassements et des larmes, comme si on se connaissait depuis toute la vie. Après cette action, les procédures de passage de la frontière moldavo-roumaine ont été considérablement simplifiées.

Témoignage

Le poète Grigore Vieru a été le premier moldave à avoir traversé le Prut ce jour-là, dans une barque gonflable. Il se souvenait toujours avec de grandes émotions de la ronde faite au milieu du Prut par les Moldaves et les Roumains : « Il y avait une tension émotionnelle indicible. Les gens s’appelaient un l’autre, se retrouvant après de longues années. A un certain moment, de l’autre côté du Prut, un homme s’est jeté dans l’eau du fleuve et s’est mis à nager vers notre rive. Mes villageois de Pererâta en furent stupéfiées. Ils avaient de grandes émotions et n’osaient faire aucun mouvement. Ceci - jusqu’à ce qu’un d’entre eux ne se soit jeté, à son tour, dans l’eau.

Les autres l’ont suivi. Ils se sont croisés au milieu du fleuve et ont fait là-bas même une ronde, chose inouïe jusqu’alors nulle part dans le monde. Voilà pourquoi je considère comme méprisables ceux qui ironisent aujourd’hui le Pont de fleurs. Il ne faut pas ironiser les larmes de joie. »

Le deuxième Pont de fleurs

Après le succès du premier Pont de fleurs, un an plus tard - le 16 juin 1991, a eu lieu le deuxième Pont de fleurs. Ce jour-là, ce furent les Moldaves qui ont pu franchir la frontière avec la Roumanie sans devoir disposer de papiers. Selon les statistiques de Ministère de l’Intérieur de la Moldavie, ce jour-là, environ 240 mille Moldaves ont franchi la frontière avec la Roumanie.

Le Pont de fleurs fut inscrit dans les chroniques de l’histoire comme un événement très rare et d’une très grande importance.

Le 5 mai 2010

  • Lettre d’information

Archives des lettres d’informations





SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0