Accueil du site > Culture > Musique > Ion et Doina Aldea-Teodorovici, deux cœurs-jumeaux

Ion et Doina Aldea-Teodorovici, deux cœurs-jumeaux

Version imprimable de cet article Version imprimable

Article de Rodica Istrati

Ion et Doina Aldea-Teodorovici formaient un couple idéal sur la scène, ainsi que dans le privé. La musique les a unis pour toujours et les a rendus éternels. Ce sont deux êtres différents, Ion et Doina, avec la même destinée, Aldea-Teodorovici.

Deux talents incontestables

Ion est né le 7 avril 1954 dans la ville moldave de Leova. Il a fait ses études à l’école musicale « Ştefan Neaga », au collège de musique de Tiraspol et à l’Académie de Musique et de Beaux-Arts de Chişinău.

En tant que compositeur, Ion Aldea-Teodorovici était doué d’un grand talent. Il a écrit plus de 300 mélodies, y compris des chansons pour enfants, de la musique pour des films, tels que « Iona », « Disidentul » (« Le dissident »), « Ce te legeni, codrule » (« Pourquoi frémis-tu, forêt »). Il a également composé de la musique pour des pièces de théâtre, comme « Abecedarul » (« L’abécédaire »), « Tata » (« Le père »), « Pomul vieţii » (« L’arbre de la vie »).

Il a été saxophoniste dans le cadre de la fameuse troupe « Contemporanul ». Ce talentueux musicien a aussi écrit de la musique instrumentale (par exemple, « Rapsodie »), des variations pour piano.

Il a été lauréat du Festival International de la Jeunesse et des Etudiants tenu à Moscou. Il est décoré à titre posthume de l’Ordre de la République, distinction suprême de la Moldavie.

Ion Aldea-Teodorovici est une valeur inestimable pour la culture moldave. Il est surtout devenu fameux et immortel grâce à ses chants patriotiques qui étaient très populaires dans les années ’90, lorsque la Moldavie luttait pour son indépendance.

Son épouse, Doina Aldea-Teodorovici, est celle qui a chanté la plupart de ses chansons. Tous les deux, ils formaient un duo original et inédit. Doina Aldea-Teodorovici est née le 15 novembre 1958 à Chişinău. Elle est diplômée de la Faculté de Philologie de l’Université d’Etat de Moldavie. Au terme de ses études, Doina a exercé son métier de professeur de langue roumaine à l’Université « Ion Creangă » et à l’Académie de Musique, Théâtre et Beaux-Arts.

Dès son enfance, elle était passionnée pour les arts. A l’âge de 6 ans, Doina commence à apprendre à jouer du piano. Elle a été danseuse dans la remarquable troupe « Moldoveneasca ».

En 1992, Doina Aldea-Teodorovici a reçu le titre honorifique d’Artiste Emérite de la République de Moldavie. En 1993, à titre posthume, elle est décorée de l’Ordre de la République.

Deux grands patriotes …

Les deux cœurs jumeaux, Doina et Ion, ont battu à l’unisson, ont brûlé comme le feu sacré pour tout ce qui est beau et pour l’idéal national. Ce sont eux, les premiers à avoir chanter la langue roumaine et le « Seigneur Eminescu » pendant les années ’90 du siècle passé, lorsque le mouvement d’éveil national était en essor.

Leurs chansons « Răsai » (« Lèves-toi, Soleil »), « Reaprindeţi candela » (« Rallumer la chandelle »), « Pentru ea » (« Pour elle »), « Eminescu » (« Eminescu »), « Trei culori » (« Les trois couleurs »), « Clopotul invierii » (« La cloche de la résurrection »), « Pace lumii » (« De la paix au monde »), « Suveranitate » (« Souveraineté »), « Maluri de Prut » (« Rives du Prut »), « Focul din Vatră » (« Le feu du foyer ») animaient les cœurs de milliers de citoyens, en leur inspirant la fierté d’être Moldave et la soif de liberté.

Les chansons d’amour chantées en duo par Doina et Ion étaient comme des odes à la mère, à la femme, aux enfants ... Parmi les tubes de l’époque, notons « O, serenadă » (« Oh, sérénade »), « Balada familială » (« Balade familiale »), « Iartă-mă » (« Pardonne-moi »), « Inimă de mamă, inimă de tata » (« Cœur de mère, cœur de père »), « Fuga, fuga » (« Vite, vite »), des chansons dont le message touche les cordes sensibles des mélomanes d’hier et d’aujourd’hui.

Les chansons composées par Ion Aldea-Teodorovici sont de nos jours encore chantées par des chanteurs fameux de Moldavie et de Roumanie. Parmi eux, Anastazia Lazariuc, Nina Crulicovschi, Dida Drăgan, Ion Suruceanu, Sofia Rotaru, Ştefan Petrache, etc.

Doina et Ion, deux âmes que même la mort n’a pu séparer

Un mystérieux accident routier a interrompu la vie de ce beau couple le 30 octobre 1992. La Moldavie a perdu deux grands patriotes qui naissent une fois par siècle. Le trésor musical laissé par Ion et Doina a une valeur incontestable même 15 ans après leur disparition subite.

Un monument à la mémoire de Doina et Ion a été édifié à l’entrée dans le parc « Valea Morilor » de Chisinau. Chaque année, au mois de novembre, à Chisinau se déroule le Festival International « Doua inimi gemene » (« Deux cœurs- jumeaux ») censé commémorer les deux grands chanteurs.

In memoriam …

Eugenia Marin, mère de Doina Aldea-Teodorovici, directrice du festival « Două inimi gemene » (« Deux cœurs-jumeaux ») :

Doina et Ion savaient savourer le bonheur d’une matinée. Tous les deux, ils se réjouissaient du soleil levant, de la lumière de l’aurore, du ramage, de la rosée de matin, de la voix douce de la mère, du murmure de la rivière, du sourire d’un enfant. Ils ont chanté ce qu’il y a de plus sacré : le Grand Dieu, la mère, la langue maternelle, Eminescu, la souveraineté, la paix ...

Grigore Vieru, poète :

Pareil au bon Dieu qui s’est dissipé dans l’infini de l’univers et toute la souffrance du peuple a frémi, Doina et Ion, devenus légendaires, se sont dissipés dans les souffrances de ce peuple, tandis que nous, les vivants, nous voyons plus clairement dans le miroir de leur talent notre identité blessée. L’artiste ne peut pas inventer les joies, ni les souffrances de son peuple. Ion et Doina l’ont très bien compris. Ils n’ont rien inventé, ils se sont tout simplement épanouis dans leur chant.

Adrian Păunescu, poète roumain :

Leur oeuvre est imprégné de chagrin. J’ai pleuré comme un enfant en écoutant les mélodies de Ion et Doina.

Mircea Snegur, premier Président de la République de Moldavie :

Ion et Doina Aldea-Teodorovici ont été deux personnalités qui se sont sacrifiées pour ce pays et ont contribué par leur travail à la renaissance et à la libération nationale.

Source : www.teodorovici.md

  • Lettre d’information

Archives des lettres d’informations





SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0