Villages jumelées : Molesteni et Magureni reconstituent l’univers roumain

Le village de Molesti est la première localité du district moldave de Ialoveni liée par un jumelage avec un village de Roumanie - Magureni du département de Prahova.

Le jumelage s’est fait en été 2006. En juillet, le maire de Molesti, Mihai Catan, a été à Magureni, où il a signé la convention de jumelage entre les deux villages, puis, en octobre 2006, une délégation de 12 personnes de Magureni est arrivée à Molesti avec, à leur tête, leur maire Marian Dobre, et ils ont signé le même document. C’était un événement solennel et émouvant suivi d’un concert magnifique. On a interprété des chansons roumaines, et bien sûr, on a interprété l’hymne “Desteapta-te române”, on a fait une traditionnelle ronde paysanne entre « Codrencele » et « Prahovita ».

Pendant l’année 2007, ont eu lieu plusieurs rencontres entre les frères des deux rives du Prut. Les habitants de Molesti, comme ceux de Magureni, ont eu pour but d’approfondir les relations fraternelles par la coopération administrative, culturelle, sportive, etc.

La collaboration culturelle a été très fructueuse. Ainsi, le 22 mai 2007, le maire Marian Dobre et un groupe de 40 personnes ont pris part à la fête patronale de Molesti. Parmi eux, se trouvaient des conseillers locaux, des élèves, des professeurs, et les membres de la troupe folklorique « Prahovita » qui ont donné un concert émouvant pour les habitants de cette région. Les villageois les ont remerciés par de longs applaudissements Les plats traditionnels et le vin n’ont pas manqué à cette fête, comme en témoignent les nombreux éloges de la part des Roumains de l’autre côté du Prut.

Ovidiu Dima, un des membres de la troupe « Prahovita », est resté impressionné par les paysages pittoresques et les beaux endroits de Moldavie : “Je me suis senti comme à la maison. Les gens et les lieux me semblaient bien connus. Leur manière de se comporter, l’accueil que l’on nous a fait m’étaient très familiers”.

Et son collègue, Ionut Jilaveanu, a vécu une révélation : “Je connaissais les Roumains de Bessarabie seulement par les livres d’histoire et la télévision. J’ai été très heureux d’apprendre que nous allions visiter le pays-frère, et je suis resté profondément ému par l’hospitalité et la candeur des Roumains de Molesti. Tout s’est déroulé parfaitement, mais le temps a passé très vite”.

Un autre jeune, Ionut Dascalu, a dit que ce qui lui avait particulièrement plu, c’était les filles de Moldavie : “Je savais que les filles moldaves étaient belles, et je suis convaincu maintenant que c’est vrai”.

Des beautés qui sont aussi les nôtres - Câmpina, Sinaia, Bran…

Les habitants de Magureni n’ont pas tardé à inviter chez eux, l’an passé, les Roumains de Molesti. C’était au début novembre, la période où, à Magureni, se déroulait la foire des artisans. Les hôtes de Moldavie ont été accueillis avec du pain et du sel, après quoi cette douce rencontre est restée pour toujours dans leur âme. Les 40 habitants de Molesti ont été accompagnés par les troupes ethno-folkloriques « Codrencele » et « Margaritarele » conduites par le professeur de musique, Ana Turcanu. La visite a été soutenue du point de vue financier par la mairie de Molesti, mais aussi par plusieurs villageois. Ils se sont sentis extrêmement bien en Roumanie, surtout que certains passaient pour la première fois la rivière le Prut.

A la rentrée, les impressions de ce voyage étaient les plus belles. « On a rencontré partout de l’harmonie, de la bonne humeur, on s’est senti comme à la maison. La seule différence, c’est que nous habitons sur un bord de la rivière le Prut et eux sur l’autre, au reste tout est commun : les chansons, le parler, les coutumes.”

A Magureni, on a eu un festin avec des plats familiers, et on a organisé une ronde comme dans notre village. “On a été fascinés par les paysages féeriques de la commune qui se trouvait aux pieds de la montagne et on s’est fait vite des amis parmi les villageois - des gens paisibles, laborieux, modestes et laborieux”, nous a dit Andrei Bagu, un habitant de Molesti. Son épouse, Lidia, qui est bibliothécaire dans le lycée du village, a été très impressionnée par les hôtes de Magureni : “On a trouvé de l’hospitalité dans des familles bienveillantes et accueillantes. Nous sommes enchantés par l’excursion à Sinaia et au château de Peles, d’une beauté saisissante.”

Vera Butnaru, professeur d’histoire au Lycée Théorique de Molesti, a bien tenu à remercier les amis de Roumanie : “Nous sommes reconnaissants pour ce qu’ils ont fait pour nous. Ils nous ont organisé des excursions à Campina, Sinaia, Bran … On a eu la sensation que ces beautés nous appartiennent aussi.”

C’est devenu une habitude : les gens de ces deux localités jumelées s’invitent réciproquement à l’occasion de différentes fêtes. Ce printemps-ci, les habitants du village de Molesti attendent une nouvelle rencontre avec leurs frères de Magureni….

Article par Luminita Andrei, publié sur http://www.timpul.md, traduit par Ana Aconi, élève en XI-ième, lycée théorique „Ioan Voda” de Cahul, membre Junact. Relecture - Michèle Chartier.