Retour de Chisinau

Article par Gilles Ribardière.

Je viens de laisser une capitale de la Moldavie envahie de verdure, sous un soleil qui invite à la flânerie. La rue du 31 Août permet, grâce à ses terrasses de cafés et restaurants, les rencontres d’après-travail conviviales, et dans le parc central cohabitent les étudiants avec leurs ordinateurs et les enfants qui courent avec insouciance …

Mais je n’ai pu goûter longtemps cette atmosphère bucolique : une partie non-négligeable de mon très court séjour fut consacrée à l’animation d’un séminaire pour des membres du Parlement de Jeunes.

Mais ce climat printanier, je l’ai ressenti aussi au contact de ce groupe d’une quinzaine de « parlementaires » qui me « bombardèrent » de questions durant 4 heures. En conséquence, le plan que j’avais prévu en vue de traiter la thématique de l’organisation du pouvoir en France au niveau national comme au niveau local ne put être respecté que très partiellement.

Mais combien fut-il réjouissant d’échanger avec des personnes qui sont appelées à coup sûr à s’engager pour la construction de leur pays, dire leurs inquiétudes sur les difficultés de construire une république fondée sur les principes de la démocratie, s’interroger sur la place des femmes dans les instances dirigeantes, sur l’éradication de la corruption.

L’organisation de l’éducation en France fut longuement abordée faisant l’objet de réactions souvent de surprise.

La curiosité de l’assistance se porta aussi sur des questions de société telles qu’elles sont abordées en France : l’Islam, l’homosexualité, le poids du Parti Communiste, de l’extrême droite.

Certes, je n’avais en face de moi qu’une quinzaine de jeunes. Mais ils s’ajoutent à ceux et celles qui depuis plusieurs mois collaborent à notre site. Ainsi peut-on penser qu’il y a une élite en devenir qui s’investit dans le futur de la Moldavie, avec un esprit d’une grande ouverture, beaucoup de sincérité, mais aussi de réalisme. Nous avons le devoir de les écouter et de les encourager.