Réflexions sur le multilinguisme

« Qui ne connaît pas les langues étrangères ne connaît pas la sienne » (Goethe)

Introduction par Gilles Ribardière

Une toute jeune lycéenne, Cristina Burlacu, nous demande de publier sa contribution sur le multilinguisme. Nous le faisons très volontiers. Certes, le thème n’est pas à proprement parler « moldave », mais il émane d’une jeune fille de la Moldavie, et ce n’est pas un hasard. En effet, les habitants de ce pays ont la chance pour beaucoup d’entre eux de parler au moins deux langues – le roumain et le russe – et souvent une troisième – le français ou l’anglais. C’est un atout considérable dont a conscience Cristina, et qu’elle semble vouloir mettre au service de la Moldavie. Elle est un exemple qui ne peut qu’encourager ses semblables, et inciter à la réflexion nos jeunes Français pas toujours conscients de la nécessité de bien maîtriser une autre langue que la leur !

Article par Cristina Burlacu

Cristina Burlacu
Cristina Burlacu

Cette pensée a éveillé ma réflexion. Ainsi, à mon avis, les langues ont une très grande importance dans la vie des hommes, dans la collaboration des peuples, dans le bien être du monde.

Premièrement, je veux mentionner l’importance des langues étrangères dans la vie d’un individu, puisque je suis d’accord avec cette idée de Goethe que la connaissance et la maîtrise des langues étrangères est une nécessité au XXI-ième siècle. Connaître une langue étrangère, c’est la confronter avec la langue maternelle, c’est apprécier, aimer et améliorer la sienne. C’est aussi un grand atout en ce qui concerne la carrière professionnelle, car l’une des exigences des plus importantes des firmes, des compagnies et des institutions, c’est que leurs employés doivent connaître au moins une langue étrangère. De plus, la connaissance des langues étrangères assure une progression et un développement personnel, un élargissement des horizons, la formation d’une nouvelle mentalité et l’intégration dans des communautés et associations internationales.

Les langues étrangères enrichissent notre bagage de connaissances générales. Par exemple : si on apprend le français, on apprend en même temps l’histoire, la littérature, l’art, la culture et le mode de vie du peuple français et du monde francophone, chose qui élargit l’esprit et la propre culture universelle.

De nos jours, il est très important de communiquer avec des peuples, de connaître leurs valeurs culturelles, d’établir des relations, des échanges d’expérience, des liens économiques et commerciaux, diplomatiques etc. La diplomatie et la coopération internationale sont les instruments de la paix dans le monde et la formule du succès dans l’économie mondiale. Ainsi dans l’Union Européenne qui est une mosaïque de langues, peuples et cultures et dont la devise est « Unis dans la diversité » - c’est l’anglais et le français qui sont les clefs de la communication et du fonctionnement de cette Union internationale. Donc on peut affirmer que la connaissance des langues étrangères joue le rôle essentiel dans la coopération internationale. C’est la voie vers la communication entre les nations du monde. C’est la garantie de la réalisation des projets mondiaux très importants. Par exemple : le réchauffement climatique. On organise des sommets internationaux auxquels participent tous les pays du monde préoccupés par ce problème et bien sûr on communique dans une langue internationale.

L’enseignement des langues étrangères est une priorité pour un état et pour ses citoyens. L’apprentissage des langues étrangères ouvre la porte vers le monde, vers la coopération mondiale. La multitude des langues semble être un obstacle, mais je considère que les langues représentent un pont entre hommes et cultures. La coopération mondiale signifie une compréhension mutuelle. Les langues créent cette compréhension réciproque, parce qu’apprendre une langue étrangère signifie entendre les autres peuples et leur manière de penser, de vivre.

La connaissance des langues étrangères et le multilinguisme ne sont pas seulement un atout pour les gens, mais c’est aussi une possibilité de développement économique, social et culturel.

Les langues étrangères ont une importance énorme pour l’économie d’un pays, pour les entreprises, etc. : par exemple, en 2006, la Commission Européenne a réalisé une étude qui indique que chaque année des entreprises européennes perdent des affaires à cause des salariés qui ne connaissent pas les langues étrangères.

Connaître des langues étrangères signifie connaître le monde, comprendre les gens. Je crois que la compréhension mutuelle, la compréhension mondiale est l’arme le plus fort contre le racisme, la xénophobie et l’intolérance. C’est un principe majeur dans la coopération mondiale, puisque apprendre des langues étrangères ne signifie pas seulement communication et changement. L’apprentissage des langues étrangères contribue à la consolidation des relations paisibles, pacifiques, à la construction d’un rapport de solidarité, de respect et d’aide entre des nations, à la création d’un dialogue interculturel.

Le 13 décembre 2010