Présentation à Paris des livres « Tesut viu. 10 x 10 » et « A-Z.best » de Emilian Galaicu-Paun

Comment écrit-on un roman de nos jours ? Paradoxalement – ou peut-être pas – il faut tout d’abord le lire. Le roman que l’on veut écrire, il faut avant tout le vivre, c’est à dire, le faire passer à travers chaque cellule du corps, à travers chaque tissu. Le résultat ? Tout au mieux – un mélange de sentiments personnels, placés dans une convergence de contextes et assaisonnés de références littéraires. Au pire – un livre qualifié de meilleur roman de la littérature de Bessarabie de tous les temps par les critiques les plus compétents. Un écrit élaboré, construit parole par parole, ligne par ligne, page par page. Un roman embarrassant, boulversant, parfois même terrifiant. Tissu vif (1) . De préférence, en dix chapitres.

Vladimir Besleagă (2) disait il y a deux ans, au lancement de ce livre à Chisinau, qu’après la parrution d’un tel livre on n’a plus rien à écrire car tout a déjà été dit. Emilian Galaicu-Paun l’a contredit. Il a quand même eu beaucoup (vraiment beaucoup) à dire au public nombreux qui a participé au lancement de son livre „Țesut viu. 10 x 10” à l’Ambassade de la République de Moldavie à Paris, le 25 mars 2013.

Comme Nicolas Trifon, écrivain français d’expression roumaine, l’a dit lors de cette soirée littéraire, ce roman réfuse le qualificatif simplificateur de „post-moderniste”.

Il aurait raison, car la littérature roumaine de Bessarabie a passé du modernisme inaccompli de la période soviétique, directement à une étape supérieure, à quelque chose d’autre. A des écrits indicibles, parfois difficiles à déchiffrer, mais très „nôtres”.

Et puisque Emilian Galaicu-Paun a énormément de choses à dire, il nous a également offert le plaisir d’assister aussi au lancement de son recueil de vers „A-Z.best”. Comme lui-même il l’a dit : c’est de la poésie vécue, de la poésie qu’on lit sans prendre haleine. Des vers dérivés de l’absolu des paroles, pas du tout cancérigènes (malgré le titre suggestif de l’anthologie), lus par l’auteur même.

Article de Dorin Dușciac repris sur le site http://elldor.info/2013/03/paris-emilian-galaicu-paun-si-a-prezentat-cartile-tesut-viu-10-x-10-si-a-z-best-video/

Traduit pour www.moldavie.fr

(1) Le nom du roman – „Țesut viu. 10 x 10” – veut dire „Tissu vif. 10 x 10”

(2) Ecrivain moldave