Pour régler le conflit en Moldavie, Washington doit faire pression sur la Russie

0 vote

Article repris sur http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/2011/02/20110207-115631.html

Les États-Unis doivent faire pression sur la Russie pour permettre un règlement du conflit entre la Moldavie et la petite république séparatiste de Transnistrie, afin d’améliorer la sécurité en Europe de l’Est, selon un rapport du Sénat américain.

Le document d’une quinzaine de pages à paraître mardi, dont l’AFP a obtenu une copie, s’intitule : « La Russie mettra-t-elle fin au dernier conflit enlisé d’Europe de l’Est ? ». Il a été rédigé sous la houlette de l’influent sénateur Richard Lugar, le plus haut représentant républicain à la commission des Affaires étrangères.

Il recommande à l’administration américaine d’insister « auprès de la Russie sur le fait que sa coopération pour négocier un accord en Transdniestrie, et dans d’autres régions en conflit en Eurasie, illustrerait le fait que des développements dans les relations entre l’OTAN et la Russie peuvent bénéficier à la sécurité en Europe de l’Est ».

Selon le rapport, les États-Unis doivent se positionner dans le sillage de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français Nicolas Sarkozy qui ont déjà eu l’occasion de soulever les questions de sécurité avec le président russe Dmitri Medvedev en 2010.

« Les États-Unis devraient soutenir fermement les efforts européens pour résoudre le conflit et par la même occasion aider la Moldavie dans ses aspirations euro-atlantiques », écrit M. Lugar dans le rapport.

Rappelant que près de deux kilogrammes d’uranium 238 avaient été saisis l’été dernier en Moldavie chez des trafiquants, pour une valeur de neuf millions d’euros, le rapport met en garde contre les risques de trafic de marchandises illicites et de personnes via la Transdniestrie.

Le rapport préconise également un passage de relais entre les forces de maintien de la paix russes stationnées en Transdniestrie et une « force internationale civile ». Il réaffirme le principe de « consentement du pays hôte » pour le stationnement de troupes étrangères sur son sol, visant ainsi directement les troupes russes stationnées en Transdniestrie.

Théâtre d’une courte guerre d’indépendance en 1991, la Transdniestrie, petite bande de terre de 500 000 habitants, dont une importante proportion de russophones, abrite toujours des troupes russes, malgré l’engagement de les retirer pris par Moscou en 1999.

En outre, selon le document, les quelques 20 000 tonnes d’armes et de munitions abandonnées après la fin de l’ère soviétiques doivent être évacuées ou détruites. Le texte estime que les États-Unis devraient, « si un accord est trouvé pour le retrait complet du matériel militaire russe de Moldavie », envisager de débloquer des fonds pour financer les opérations.

L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), États-Unis en tête, a déjà proposé de payer pour l’élimination du stock d’armes, avec un fonds de 5,5 millions de dollars disponible.

Le rapport qui préconise un engagement urgent de la part de Washington sur la question moldave, demande une abrogation des restrictions commerciales américaines pesant sur la Moldavie. Le sénateur Lugar doit déposer mardi un projet de loi permettant des « relations commerciales normales » avec la Moldavie.

Le 10 février 2011