Les protestations de Roumanie vues par une étudiante originaire de Moldavie

0 vote

On sait que la Roumanie accueille de nombreuses étudiantes et étudiants moldaves. Kristina Aparatu, dont nous avons eu plusieurs articles très sensibles, est l’une de ces étudiantes. Nous lui avons demandé de poser son regard sur la situation actuelle de la Roumanie. C’est ce qu’elle nous fait parvenir aujourd’hui et que nous publions.

Article de Kristina Aparatu

Après plusieurs années de boom économique robuste, avec des taux de croissance du PIB de plus de sept pour cent, des investissements étrangers et des exportations relativement bien développés, l’économie roumaine est aujourd’hui menacée d’un atterrissage brutal. La crise économique a été suivie par un désastre politique. La situation est devenue très tendue dans la société même, dans la scène politique roumaine.

La Roumanie est un pays où existe la démocratie. Alors ses citoyens peuvent profiter de toutes les possibilités qu’offre la démocratie. Ils ont décidé de demander la liberté d’expression, des droits pour une vie meilleure ; pour cela ils ont commencé des protestations dans plusieurs régions de la Roumanie. Les problèmes qui ont poussé les Roumains dans la rue – les petits salaires qui ne peuvent pas couvrir les frais de subsistance, le chômage, la corruption et l’autoritarisme en croissance - sont des problèmes familiers à beaucoup de pays d’Europe : les manifestations en Roumanie viennent après celles similaires en Russie et en Hongrie.

« Les manifestations violentes en Roumanie mettent en lumière la situation de plus en plus difficile en Europe », note ABC News, en remarquant que la Roumanie est confrontée aux protestations les plus graves depuis une décennie. (Mais je ne suis pas d’accord car je pense que le 7 avril 2009 a signifié pour la République de Moldavie une révolution et la situation a été plus grave qu’en Roumanie.)

Des milliers de Roumains se sont réunis à Bucarest, sur la Piata Unversitatii pour exiger la démission du gouvernement après une semaine de manifestations contre les mesures d’austérité qui sont devenues violentes. La police a indiqué que 7.000 personnes ont participé au rassemblement organisé par l’USL pour exiger la démission du Premier ministre Emil Boc et du Président Traian Basescu. Les manifestants ont commencé leur marche en chantant « Jos Basescu ! » (A bas Basescu !), comparant le président avec l’ancien dictateur communiste Nicolae Ceausescu.

La Ligue des étudiants roumains à l’étranger a soutenu les protestations de ces derniers jours en Roumanie en appelant tous les jeunes à sortir pour protester. Elle a soutenu le désir d’une gouvernance transparente, compétente et basée sur les principes de la démocratie et de l’état de droit.

Les Roumains veulent un changement dans l’espoir d’une vie plus prospère. Mais ils ne peuvent pas oublier que maintenant toute l’Europe est touchée par la crise économique et, comme la Roumanie fait partie de la communauté européenne, il n’est pas possible de l’éviter, malheureusement.