Le multilinguisme et l’UE

0 vote

La Commission européenne appelle à œuvrer pour la promotion des langues et lance un nouveau portail web Sous le mot d’ordre « Plus tu connais de langues, plus tu es humain », la Commission européenne réaffirme son propre engagement en faveur du multilinguisme en adoptant aujourd’hui la première communication de son histoire sur ce sujet.

Le document explore les diverses facettes des politiques de la Commission en la matière et présente une nouvelle stratégiecadre pour le multilinguisme, assortie de propositions d’actions spécifiques.

IP/05/1451

Bruxelles, le 22 novembre 2005

Le multilinguisme dans l’Union européenne

la
Commission européenne appelle à œuvrer pour la
promotion des langues et lance un nouveau portail
web
Sous le mot d’ordre « Plus tu connais de langues, plus tu es humain », la
Commission européenne réaffirme son propre engagement en faveur du
multilinguisme en adoptant aujourd’hui la première communication de son
histoire sur ce sujet
.

Le document explore les diverses facettes des
politiques de la Commission en la matière et présente une nouvelle stratégiecadre
pour le multilinguisme, assortie de propositions d’actions spécifiques.

Celles-ci portent sur trois domaines distincts dans lesquels les langues
occupent une place importante dans la vie quotidienne des Européens : la
société, l’économie et les relations de la Commission elle-même avec les
citoyens de l’Union. La Commission incite les États membres à jouer leur
rôle dans la promotion de l’enseignement, de l’apprentissage et de
l’utilisation des langues.
Pour marquer l’occasion, un nouveau portail web
consacré aux langues et consultable dans les 20 langues officielles a été
lancé sur EUROPA, le site web de l’ensemble des institutions de l’Union.

Comme l’a déclaré Ján Figel’, commissaire chargé de l’éducation, de la formation,
de la culture et du multilinguisme, « Ce sont les langues qui font de nous des êtres
humains, et la diversité linguistique de l’Europe se trouve au cœur de son identité.
Le jour de ma nomination, voici exactement un an, je suis devenu le premier
commissaire européen qui ait jamais été chargé spécifiquement du multilinguisme.
La communication adoptée aujourd’hui témoigne à nouveau avec force de
l’engagement de la Commission en faveur des langues et de la diversité linguistique
dans l’Union.
 »

D’après une récente enquête Eurobaromètre, la moitié des citoyens de l’Union
se disent capables de tenir une conversation dans une deuxième langue autre
que leur langue maternelle. Le texte adopté aujourd’hui considère la connaissance
des langues comme une aptitude souhaitable pour tous les citoyens de l’Union ; il
présente également les diverses actions mises sur pied par la Commission pour
favoriser et développer encore la diversité et les compétences linguistiques. Au
travers des programmes Socrates et Leonardo da Vinci, par exemple, la
Commission investit 30 millions d’euros par an dans des actions comme la
formation, la mobilité des étudiants et des enseignants ou le financement
d’échanges de classes.

La communication souligne l’importance des compétences linguistiques pour la
mobilité des travailleurs et la compétitivité de l’économie de l’Union. La
Commission publiera l’année prochaine une étude sur l’incidence de la pénurie de
compétences linguistiques sur l’économie européenne. Elle estime aussi qu’il faut en
faire davantage pour renforcer le rôle des industries de la langue, qui représentent
un chiffre d’affaires de plusieurs millions d’euros et continuent de se développer
dans l’Union européenne.

Pour donner aux citoyens un meilleur accès aux informations sur l’Union
européenne dans leur propre langue, surtout en ce qui concerne la législation, les
procédures et les politiques, la Commission entend :

─ renforcer le caractère multilingue de ses nombreux sites web, par la création
d’un réseau interne chargé de veiller à la cohérence des pratiques linguistiques
de ses services, et

─ mettre en place une politique proactive de communication multilingue, en
complément de son initiative plus générale visant à améliorer la communication
avec les citoyens européens et avec des groupes spécifiques tels que les
journalistes, le secteur des langues, les écoles et les universités.

La Commission investira davantage dans la recherche à caractère linguistique
consacrée aux moyens de surmonter les barrières de la langue grâce aux nouvelles
technologies de l’information et de la communication, ainsi que dans le domaine des
sciences sociales et humaines.

Dans les États membres, la Commission propose d’adopter des plans d’action
nationaux en faveur du multilinguisme, d’améliorer encore la formation des
enseignants en langues, de prévoir les moyens nécessaires à l’apprentissage des
langues dès le plus jeune âge et de renforcer l’enseignement des matières par
l’intégration d’une langue étrangère. La Commission rappelle qu’à la réunion du
Conseil européen tenue en 2002 à Barcelone, les chefs d’État ou de gouvernement
ont demandé l’enseignement d’au moins deux langues étrangères dès le plus
jeune âge. Elle demande aussi aux États membres de revoir les programmes de
formation dans les universités de manière à doter de compétences adaptées les
étudiants des professions linguistiques.

La Commission propose la mise sur pied d’un groupe de haut niveau sur le
multilinguisme, composé d’experts indépendants, qui l’assistera dans l’analyse des
progrès réalisés par les États membres et apportera des idées nouvelles, une aide
et des conseils pour les initiatives futures.
Une conférence ministérielle sur le multilinguisme aura lieu prochainement afin
de permettre aux États membres de faire part des progrès accomplis et de planifier
leurs travaux ultérieurs.
La Commission européenne a également lancé aujourd’hui un portail web sur les
langues2. Celui-ci permettra au grand public, aux médias ou aux étudiants d’accéder
facilement à des informations sur les langues de l’Union européenne. Parmi les
sujets traités figurent les politiques européennes encourageant l’apprentissage des
langues et la diversité linguistique, un état des compétences linguistiques dans
l’Union d’aujourd’hui, les règles d’utilisation des langues officielles de l’Union, ou
encore un tour d’horizon des emplois que les institutions européennes offrent aux
linguistes professionnels. Le contenu est organisé d’une manière logique et
conviviale et, surtout, l’ensemble des aides à la navigation et des textes de
présentation du portail lui-même sont rédigés dans les 20 langues officielles,
témoignage de l’engagement de l’Union à communiquer avec ses citoyens dans leur
propre langue.

Pour de plus amples informations :
http://europa.eu.int/languages