Le Parti des Communistes de la République de Moldavie demande la démission du Président du Parlement

Article de Gilles Ribardière

Le Parti des Communistes de la République de Moldavie (PCRM) a de la suite dans les idées et surtout se fait le porte-parole des autorités russes : il souhaite la démission du Président du parlement, Marian Lupu, sous prétexte qu’il refuse l’organisation d’un référendum ayant pour question « Souhaitez-vous intégrer l’Union Douanière proposée par la Russie ? ».

Mais il lui est opposée la légitimité du gouvernement Moldave actuel, soutenu par la coalition majoritaire dans le pays, l’Alliance pour l’Intégration Européenne (AIE). Selon le Premier Ministre Vlad Filat, il y a une totale incompatibilité entre la démarche pour laquelle sa majorité est fondée, l’intégration européenne, et l’adhésion à un autre ensemble, celui préconisé par la Russie.

Un argument est par ailleurs avancé : le pays a travaillé avec la plus grande énergie en vue d’adapter sa législation aux normes européennes… Ce n’est donc pas pour leur tourner le dos, alors qu’il convient de renforcer un processus engagé souvent dans la douleur.

Le tout est de savoir si ce processus est irréversible.

La Moldavie n’a pas seule la réponse ; l’Union Européenne doit aussi agir afin que la pression exercée aussi bien par le PCRM que par la Russie ne trouve pas prise sur l’opinion.