La Moldavie, un succès de la politique de voisinage de l’UE

0 vote

La politique de voisinage de l’Union européenne a besoin de remporter des succès, à l’image de l’accord avec la Moldavie, lequel peut d’ores et déjà être considéré comme un succès. C’est ce qu’a déclaré Zsolt Németh, ministre délégué aux affaires étrangères, à l’issue de la réunion du Conseil de coopération UE-Moldavie qui a eu lieu à Bruxelles, le 6 mai.

Remplaçant, au nom de la présidence hongroise, Catherine Ashton, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, et présidant ainsi cette réunion, Zsolt Németh a estimé que le dernier chapitre de négociations ouvrant la voie à un accord d’association pourrait également être bientôt clôturé avec la Moldavie.

Lors de la conférence de presse qui s’est tenue à l’issue de la réunion, il a déclaré qu’il espérait que l’accord d’association entre l’Union européenne et la Moldavie verrait le jour, que les conditions du libre échange seraient mises en place et que la libéralisation du régime des visas pourrait également intervenir, et ce dans un avenir proche.

Il a souligné que la Hongrie, qui exerce actuellement la présidence tournante de l’Union européenne, s’était engagée à jouer, en matière de relations étrangères de l’Union, un rôle actif et volontariste, mais que ce rôle s’avérait plus actif encore dans le cas de la Moldavie, la Hongrie opérant par exemple le centre commun d’examen des demandes de visas de l’Union à Chisinãu.

Une poursuite de la consolidation en Moldavie s’impose

Stefan Füle, commissaire à l’élargissement, s’est félicité des résultats auxquels la Moldavie était parvenue jusqu’à présent, mais il n’a pas caché que, de l’avis de la Commission, une poursuite de la consolidation s’imposait dans ce pays d’Europe de l’Est. Il est indispensable, selon M. Füle, que la Moldavie poursuive sa lutte contre la corruption, améliore le climat d’investissement et mène des réformes de l’appareil judiciaire, « pour l’avenir du pays ainsi que pour ses propres citoyens ». Le Commissaire a toutefois souligné que « la Moldavie n’était pas seule et que l’Union était disposée à lui prêter son aide et son assistance ».

Nouvelles négociations 5+2

Lors de la conférence de presse, Zsolt Németh a déclaré que « l’Union Européenne soutenait le principe de l’unité territoriale de la Moldavie ». Tout comme le Premier ministre moldave, Vladimir Filat, participant aussi à la réunion du Conseil de coopération UE-Moldavie, M. Németh s’est montré confiant de voir reprendre, dès le mois de juin de cette année, les négociations 5+2 en vue d’un règlement international du dossier transnistrien, lesquelles avaient été rompues en 2005.

En 1992, cette région située aux confins orientaux de la Moldavie et peuplée essentiellement de Russes et d’Ukrainiens avait déclaré unilatéralement son indépendance et échappé au contrôle de Chişinău, alors que des troupes russes étaient venues s’y stationner. Ces négociations au format 5+2 impliquent une participation des représentants non seulement de la Moldavie et de la Transnistrie, ainsi que de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), de la Russie et de l’Ukraine, mais également, en qualité d’observateurs, de l’Union européenne et des Etats-Unis.

Article repris sur http://www.eu2011.hu/fr/news/nemeth-la-moldavie-un-succes-de-la-politique-de-voisinage-de-lue