L’usage du portable en Moldavie : synonyme de liberté ou de dépendance ?

Article de Cristina Laïcovski

Aujourd’hui nous vivons dans un monde qui semble être dominé par une loi qui ressemble fort à ce qu’on lirait dans un manuel de physique : le développement du monde est directement proportionnel avec le progrès de la science.

Il est vrai que ces dernières décennies la science a atteint un niveau incroyable, concernant en particulier la technologie, la communication. On sait bien que le XXI-e siècle est considéré être l’époque de la communication. On peut citer beaucoup d’exemples pour argumenter et louer les brillantes réussites scientifiques en matière de communication : le téléphone, Internet, le portable…

Ce dernier - le portable - est devenu de nos jours dans notre pays l’objet de nombreux débats : se confrontent deux aspects contradictoires. Ainsi nombreux sont ceux qui trouvent que le portable a plus d’aspects positifs que de désavantages. Par exemple, à l’école même si on interdit de l’utiliser, à l’aide d’un téléphone mobile on peut annoncer aux proches un éventuel retard et ainsi éviter leurs inquiétudes ; de même pour les mathématiques, quand on a besoin de calculer quelque chose, on peut utiliser le portable car il a aussi cette fonction : il serait plus que bienvenu sur le pupitre d’un élève, car aujourd’hui un calculateur ordinaire peut sembler quelque chose de démodé.

D’un autre côté, on doit mettre en relief les points de vue des pessimistes qui mettent au premier plan les désavantages apportés par l’utilisation d’un portable. Il s’ensuit que parfois la décision a été prise de strictement interdire l’usage des portables dans certaines écoles de Moldavie.

Selon moi c’est bien fait ! Rien ne sert de protester contre le verdict ! En effet, on sait que le portable est une source inépuisable de risque de maladies. Cela peut aller de problèmes avec le nerf auditif jusqu’au risque de tumeur du cerveau, l’augmentation de la pression artérielle, l’altération des fonctions de la mémoire et du système immunitaire. Ce sont des raisons bien-entendues qui ont déterminé les écoles du pays à limiter l’usage des portable.

Mais un autre motif aussi important en vue de prendre cette décision, c’est sûrement la question de la dépendance que crée le portable auprès des élèves. Ainsi, sous l’influence des portables, des élèves commencent à croire que les leçons sont des choses auxquelles on ne doit pas attribuer une trop grande importance. Ainsi on peut rencontrer des dizaines d’élèves dans une classe, qui au lieu d’être actifs à la leçon, optent entièrement pour une activité intensive concernant les jeux sur le portable.

D’où la question : Pourquoi viennent-ils à l’école ? Pour se vanter de leurs aptitudes en matière du jeu ? Pour décourager les profs, dont les efforts pour faire partager leurs connaissances sont privés d’attention ? Ou pour jouer avec virtuosité sur les nerfs des autres ? C’est une chose qui, pour moi, encore aujourd’hui reste un mystère.

Ainsi, avec les arguments mentionnés ici c’est mon point de vue que je défends et même renforce… Et, par conséquent, je crois que même si le portable est estimé comme étant une chose irremplaçable pour les élèves, il cache tout de même plus de danger que je crois explosif.

On pense que le portable est le synonyme de liberté. Mais non ! C’est plutôt le synonyme de la dépendance totale !