L’Union latine

Les peuples de langues romanes sont d’origines très diverses, mais ils ont en commun un patrimoine linguistique et un système de références historiques et culturelles. Il est donc naturel que cette famille, même dispersée et très élargie, se dote d’une institution vouée а la promotion et а la diffusion de l’héritage commun et des identités du monde latin, dont fait pleinement partie la Moldavie.

Pays membres de l'Union latine
Pays membres de l’Union latine

La construction latine : la diversité culturelle comme enjeu

А l’heure où se développent la francophonie, où s’organisent le regroupement des Etats lusophones (Portugais) et hispanophones (Espagnol), où l’on observe la construction d’une Europe des cultures, et le développement de la Roumanie et de la Moldavie, l’Union Latine est appelée а prendre une part sans doute de plus en plus significative dans la perception de cette solidarité culturelle entre Latins qu’elle symbolise.

Fondée en 1954 par la Convention de Madrid, l’Union Latine ne prend pourtant corps qu’en 1983. Pendant dix-sept années d’existence fonctionnelle, le nombre d’Etats devenus membres par ratification de la Convention de Madrid ou par adhésion postérieure est passé de 12 а 35, regroupant aujourd’hui la quasi-totalité des Etats qui, dans l’univers, sont susceptibles d’intégrer l’Union latine.

Des critères précis

Ce sont, selon les recommandations interprêtatives établies en 1992, les pays qui répondent а un ou plusieurs des critères suivants :

critères linguistiques

  • langue officielle néolatine
  • langue d’enseignement néolatine
  • langue néolatine utilisée comme moyen de communication dans la vie quotidienne et dans les médias

critères linguistico-culturels

  • existence d’une littérature significative en langue néolatine
  • presse écrite majoritairement en langue néolatine, tant en termes de tirage, que de nombre de titres
  • télévision avec forte proportion en langue néolatine, radio largement en langue néolatine

critères culturels

  • héritage direct ou indirect d’un patrimoine de la Rome ancienne auquel les Etats manifestent leur fidélité et qui le perpétuent, notamment par l’enseignement du latin et des langues étrangères néolatines, par des échanges culturels avec d’autres pays latins

- organisation de la société, notamment sur le plan juridique

  • respect des libertés fondamentales et des principes généraux des droits de l’homme et de la démocratie, de la tolérance et de la liberté de cultes).

Les membres et le fonctionnement

L’Union Latine est présente dans quatre continents, actuellement ses Etats membres sont : l’Angola, l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Cap-Vert, le Chili, la Côte-d’Ivoire, la Colombie, le Costa-Rica, Cuba, l’Equateur, l’Espagne, la France, le Guatemala, la Guinée-Bissau, Haïti, le Honduras, l’Italie, le Mexique, la Principauté de Monaco, le Mozambique, le Nicaragua, le Panama, le Paraguay, le Pérou, les Philippines, le Portugal, la République Dominicaine, la République Moldave, la Roumanie, Saint-Marin, le Saint-Siège (statut spécial), Sao Tomé et Principe, le Sénégal, l’Uruguay et le Venezuela.

Les langues officielles de l’Union Latine sont l’espagnol, le français, l’italien, le portugais et le roumain. Elle utilise les quatre premières comme langues de travail. Tous les textes а diffusion générale sont traduits dans ces quatre langues et certains également en roumain. Ainsi l’Organisation vit et démontre constamment son idéal culturel panlatin.

L’Union latine et le XXIe siècle

Le grand tournant des nouvelles technologies permet d’augmenter singulièrement la visibilité de l’Union Latine, de promouvoir les pays membres dans leur richesse et leur diversité et de rendre accessibles а un public beaucoup plus vaste des informations très dispersées.

Pour accroître le rayonnement de l’idée latine, pour permettre une présence plus forte des langues et des cultures des pays latins dans le réseau mondial, l’Union Latine s’appuie de plus en plus sur toute la gamme des instruments de communication modernes : constitution de banques de données informatisées, édition de Cédéroms linguistiques et culturels, constitution d’un site important sur le réseau Internet, appelé а jouer un rôle à la fois de promoteur et fédérateur du monde latin.

Ainsi, l’Union Latine entend contribuer à la préservation et а la diffusion des valeurs qui sont le cœur même de l’identité des peuples latins, pour renforcer la constitution d’un monde pluriel et plus démocratique.

L’Union latine s’appuie sur le constat lucide que la grande question qui accompagne aujourd’hui la mondialisation économique est celle de la diversité culturelle. Les grandes aires culturelles sont des opérateurs de la cohabitation culturelle mondiale à construire.

Voir http://www.unilat.org/