Crise en Moldavie : 800 jours plus tard, toujours pas de Président

La Moldavie devra encore attendre. Vendredi 16 décembre, le Parlement n’est, encore une fois, pas parvenu à dégager une majorité de 61 voix pour élire son Président. Marian Lupu, seul candidat n’a obtenu que 58 voix, les Communistes boycottant le scrutin. Le pays se dirige tout droit vers de nouvelles législatives anticipées, qui ne devraient pas changer la donne politique.

Par Simon Rico

Une nouvelle fois, le Parlement moldave n’est pas parvenu à désigner un nouveau Président. Un seul candidat se présentait : Marian Lupu, actuel président de l’Assemblée et Président par Intérim.

Il a obtenu 58 voix en sa faveur et trois contre, mais n’a pas atteint le minimum de 61 voix nécessaires pour que l’élection soit validée en raison du boycott des députés communistes.

La coalition pro-occidentale ne dispose que de 59 élus, et doit compter sur l’appui d’une partie des députés communistes, principale formation avec 42 sièges, pour parvenir à faire élire son candidat.

Les trois députés communistes qui ont quitté le parti au mois de novembre et qui auraient pu apporter leurs voix à Marian Lupu ont choisi de voter contre. « Selon les informations dont nous disposons, les députés communistes n’ont pas été seulement absents, ils ont été enfermés ensemble quelque part », a assuré Marian Lupu à Radio Free Europe, visiblement agacé par son nouvel échec.

Un nouveau vote aura lieu en janvier. S’il est encore impossible de trouver une majorité de 61 voix pour désigner le Président, le Parlement sera de nouveau dissous et des législatives anticipées devront être organisées.

La Moldavie, le pays le plus pauvre d’Europe, est prise dans un blocage politique total depuis le printemps 2009. S’il y a de nouvelles législatives, ce seront les cinquièmes élections en à peine deux ans et demi et il est fort probable que le rapport de force entre pro-occidentaux et communistes reste figé …

Source : http://balkans.courriers.info/article18879.html?mid=5599029