Création d’un mouvement de soutien au développement durable et économique de la Moldavie

5 votes

Nous publions ci-dessous un texte aimablement proposé par Jean-François CARON et Sébastien BOUCQ qui travaillent depuis plusieurs années sur la question des modèles économiques émergents et prometteurs du point de vue du développement durable des territoires. Selon les auteurs, leur expérience pourrait servir à soutenir le développement responsable et économique de la Moldavie.

Notre portail assume de mettre en contact avec les auteurs toute personne intéressée à cette initiative.

Un article co-signé par Jean-François CARON et Sébastien BOUCQ

Une grande partie des territoires sont encore trop riches pour se poser les bonnes questions. Voilà l’atout majeur des territoires « pauvres ».

En effet, dans un contexte économique où la logique industrielle financiarisée ne fonctionne plus sur aucun continent, être un territoire « pauvre » c’est être invité à essayer un autre modèle. Si de plus cette trajectoire est épaulée par un autre territoire « pauvre », qui a lui-même expérimenté concrètement différents modèles alternatifs, cela commence à ressembler à une opportunité !

Même les territoires « pauvres » sont riches de ressources insoupçonnées. Le sol riche de Moldavie - pour une alimentation saine, le soleil et le vent - pour des énergies renouvelables. Riche aussi de ressources « immatérielles » : le courage de sa population, l’envie de ses expatriés de voir leur Pays se développer sainement, leur envie d’offrir un avenir à leurs enfants, leurs compétences acquises à l’étranger, leur double culture…

Encore faut-il que ces ressources profitent à tous, à l’intérêt collectif et individuel, et sur le long terme. Car les vagues d’industrialisation sont suivies de désindustrialisations calamiteuses. C’est le constat à partir duquel la petite ville de Loos-en-Gohelle, en France, a mis en place un modèle de développement territorial issu de tous et pour tous, visant à la résilience collective et individuelle, nommé « Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération » (EFC).

Voilà une réelle opportunité de développement durable et économique pour la Moldavie : s’appuyer sur l’expertise existante (Loos-en-Gohelle / EFC) et la mettre en place localement, avec le soutien des communautés moldaves de France, de Québec, d’Allemagne, etc.

Références  :

Le 21 novembre 2017