Coopération politique, économique et commerciale entre la France et la Moldavie

Les échanges et les contacts de haut niveau sont denses et réguliers entre les deux pays. Des rencontres entre les deux chefs d’Etats ont eu lieu en 1997 et en 1998. Il existe également des échanges réguliers entre responsables des Ministères des Affaires Etrangères, ainsi que des contacts parlementaires appelés à se développer (groupes d’amitié à l’Assemblée nationale et au Sénat).

Présence d’une ambassade de France a Chisinau ainsi que d’une Section Consulaire.

La France occupe la septième position, derrière la Russie, l’Ukraine, l’Allemagne, l’Italie, les Etats-Unis et la Roumanie, avec une part de marché de 2,6 %. En matière d’investissements étrangers directs, elle est le deuxième investisseur étranger après la Russie, avec un stock de 48 millions $. Secteurs d’investissement privilégiés par les entrepreneurs français : agro-alimentaire, télécommunications, matériaux de base (rachat d’une cimenterie), etc.

En 2004, la France était le 8e fournisseur de la Moldavie derrière l’Ukraine, la Russie, la Roumanie, l’Allemagne, l’Italie, la Turquie et la Biélorussie. La Moldavie importe principalement de France des biens d’équipements, des automobiles, des parfums et cosmétiques, des produits chimiques, des spiritueux et des produits pharmaceutiques. Par ailleurs, la France occupait également en 2004 le 8e rang des clients de la Moldavie, derrière la Russie, la Roumanie, l’Italie, l’Allemagne, l’Ukraine, la Biélorussie et les Etats-Unis. La Moldavie exporte par ordre d’importance des produits agricoles, des machines outils, du plastique, des huiles essentielles utilisées en parfumerie et du bois.

Les secteurs d’investissement privilégiés par les entrepreneurs français sont :

  • L’agro-alimentaire (Bargues agro-industries dans le secteur des noix),
  • Les télécommunications (France-Telecom/voxtel),
  • Les matériaux de base (Lafarge), etc.
  • Les services
  • L’informatique (Software International)
  • Les centres d’appels (Judirec)

Etc…

Les investissements français sont protégés par un ACCORD DE PROTECTION DES INVESTISSEMENTS, signé le 8 septembre 1997 et entré en vigueur le 3 novembre 1999.

Parallèlement, un guichet unique d’enregistrement des entreprises vient d’être instauré afin de simplifier les procédures d’enregistrement. Enfin, une partie de la législation a été revue en 2004 en vue d’améliorer l’environnement des investissements : loi sur les investissements, loi sur la protection des investissements, révision des droits de douane et de la fiscalité, non imposition des apports financiers au capital.